Friteuses électriques, électroménager et bateaux à la Fnac... dès 1960

La rédaction - 04.04.2012

Zone 51 - Insolite - FNAC - histoire - électroménager


Fin mars, c'était l'apocalypse en version apocryphe et grande distribution : Fnac avait décidé de commercialiser des aspirateurs et des cafetières, de l'électroménager, en somme, pour accroître sa sphère d'action. Dans le cadre du grand plan stratégique d'Alexandre Bompard, ces appareils auront de la classe, et bien plus encore... (voir notre actualitté)

 

C'est qu'en parallèle de cet élargissement, FNAC vit aussi de sombres heures, avec un cadre supérieur récemment sequestré par les salariés, qui protestent contre le plan de licenciement prévu par l'enseigne, et qui doit toucher 310 emplois dans le pays. « Non... Ce que nous réclamons, c'est simplement de pouvoir faire notre métier. Nous avons surtout le sentiment que l'on nous conduit à l'abattoir, aujourd'hui. Pourtant, le groupe PPR a les moyens d'augmenter les salaires, et d'investir dans le développement de la société. Au lieu de cela, on nous propose demain de vendre des cafetières, et notre enseigne, dite culturelle, devient la risée d'internet », expliquait un représentant CGT hier à ActuaLitté. (voir notre actualitté)

 

Or, avec ces cafetières, faut-il parler d'une révolution ? Pas vraiment. Plutôt un retour aux sources, pourrait-on considérer, en regard de ce que raconte le livre de Vincent Chabault, publié chez PUF en 2010, La FNAC, entre commerce et culture. Petit mémo :

 

Fondée en 1954 par deux anciens militants d'extrême gauche, la Fédération nationale d'achat des cadres, vite connue comme FNAC, tire son succès d'un modèle commercial axé sur l'alliance avec le consommateur, les prix bas et la médiation culturelle. Reposant sur une logique commerciale et culturelle, son développement est en adéquation avec l'époque, celle des Trente Glorieuses, de la consommation, des politiques culturelles et de la montée des cadres. 

 

 

 

Et nous voici plongés, photos à l'appui, soudainement dans le vif du sujet, avec un tout autre regard sur l'enseigne, originellement baptisée Fédération Nationale d'Achats des Cadres. De l'électroménagers, certes, avec des friteuses dernière génération, des machines qui lavent... et même FNAC versant dans l'industrie du luxe, avec de véritables petis bateaux à piloter soi-même.

 

Explications, puisées dans le livre de Vincent Chabault. 

 

Pages 11-12 : « Les stratégies de diversification : photo, disque, bateau, électroménager et billetterie de spectacles

 

La croissance des années 1960

La firme connaît une croissance rapide, ce qui permettra en 1961 d'augmenter les activités photo et de proposer de nouveaux produits tels que le disque (automne 1961) et l'électroménager. Entre 1962 et 1964, le chiffre d'affaires passe de 28 à 50 millions de francs et l'effectif salarié à 90 personnes. Au mois de mai 1964, la diversification de l'activité se poursuit avec la création de FNAC Marine. L'enseigne propose des petits bateaux à moteur qu'elle expose dans des salons nautiques, notamment au cinquième Salon nautique de Paris, ainsi qu'à son magasin situé sur la Marne, au Port de Bonneuil dans le Val-de-Marne. En 1966, les produits de nautisme avec ceux du camping sont également distribués au sein de FNAC Sport, nouvelle boutique située 13 boulevard Sébastopol à Paris. »

 

 

 

 

Pages 28-29 :

« Contact, le guide technique encadrant les décisions du consommateur

Grâce à de bons résultats économiques (13 millions de francs de chiffre d'affaires en 1961), la FNAC diversifie son activité et propose des disques et des produits électroménagers dans son unique magasin parisien. Le lancement du disque s'accompagne de brèves critiques dans Contact. « Jean Poiret, "la vache à 1000 francs : parodie, très amusant" ». Pour l'électroménager, les remises s'échelonnent entre 12 et 25 % sur le prix de vente. Contact devient en 1961 le journal réservé aux adhérents de la FNAC (100 000 en 1961) et propose, comme dans les numéros 36 et 38, des tableaux comparatifs classant des modèles de produits selon leurs caractéristiques. Seize magnétophones sont ainsi répertoriés selon la marque, le poids, la puissance et la musicalité, le mixage, les modalités de dépannage, le nombre de pistes. Une colonne « observations » complète le tableau avec l'avis de la FNAC.

 

Les essais comparatifs concernent progressivement tous les produits électroménagers et se renforcent lorsque les fondateurs créent en 1972 le premier laboratoire d'essais. Les résultats des tests sont publiés dans Contact et dans les dossiers techniques disponibles dans les rayons des magasins. La réception des tests est favorisée par le développement en France de strates de salariés non manuels lié à l'essor des grandes organisations et des appareils bureaucratiques. Cette fraction de la clientèle, composée de cadres, techniciens, ingénieurs, et dotée de ressources scolaires, peut s'approprier ces nouvelles modalités de choix des produits. »