Furieux de la machine à écrire, Donald Westlake pose un point final

Clément Solym - 02.01.2009

Zone 51 - Insolite - Donald - Westlacke - machine


Il aura marqué la littérature par son style, mais également par sa prolixité : Donald Westalke, auteur de polars et de romans noirs, né en 1933 à New York, et qui publiera durant les années 60, date de parution de son premier livre, près de 35 romans, est mort d'une crise cardiaque. Il se rendait à un réveillon à Mexico, où il passait ses vacances.

Lui qui vivait avant tout pour l'action de ses personnages, bien plus que pour la véracité historique, il aurait effrayé (ou flatté) Flaubert en racontant que les recherches pour un livre ressemblent à des sables mouvants : on peut s'y noyer « et plus personne n'entend parler de vous ».

Donald est aussi connu sous une multitude de pseudonymes, afin de ne pas alarmer ses confrères : ainsi Richard Stark, Edwin West, Tucker Coe, Samuel Holt, Curt Clark ou Timothy J. Culver ne furent qu'un seul et même homme. S'il annonçait avoir rédigé 104 ouvrages, son site n'en recense en revanche que 86. Un dernier ouvrage posthume paraîtra cette année, en avril, Get Real et Rivages devrait publier, en février, Envoyez les couleurs et mars sortirait chez Hachette Motus et bouche cousue.

« Je crois que mon thème favori est la perplexité, annonce en le citant son site Internet. Mais je peux me tromper. »

Ses oeuvres ont également connu un vif succès dans les adaptations cinématographiques qui en furent faites : Le couperet de Costa-Gavras en est un exemple supplémentaire, et le cinéma français s'est montré particulièrement féru de ses ouvrages.