[Gossip] Ce soir j'ai rencard avec... un bibliothécaire : que faire ?

Nicolas Gary - 11.04.2014

Zone 51 - Humour - rendez-vous - bonnes raisons - sortir avec une bibliothécaire


Il était tout à fait dans l'air du temps de consacrer un article aux relations amoureuses du secteur du livre, à une époque où les Schtroumpfs jouent les entremetteurs pour Gargamel et que l'enchanteur Omnibus sert d'interface Meetic. Aujourd'hui, penchons-nous sur une préoccupante question : le rendez-vous galant avec un bibliothécaire. Ou une, c'est selon. 

 

 

hot librarian3

Super Furry Librarian, CC BY NC ND 2.0

 

 

La situation est idyllique : il/elle a repris avec un sourire de connivence les trois romans et deux essais que vous rameniez en retard pour la 7e fois ce mois-ci. Et, de crainte qu'il/elle ne saisisse votre petit manège, vous vous décidez à l'inviter à dîner. Est-ce une judicieuse idée que de draguer dans le lieu que fous fréquentez quotidiennement pour les besoins universitaires de vos recherches ? Les avantages et les inconvénients de sortir avec un/une bibliothécaire méritent d'être pesés…

 

Et ça tombe bien, puisque le site eHarmnoy, spécialisé dans les rencontres en ligne, a listé 15 raisons de vous jeter à l'eau, et la première est que cette catégorie socio-professionnelle sait lire et écrire - voire apprécie les livres - ce qui pourrait ne pas être le cas de tous vos précédents rencards. L'autre point engageant, est qu'ils sont amenés à partager des moments de complicité avec les enfants, ce qui n'est pas plus mal quand on vise autre chose qu'un one-night-stand. Mais ne l'empêche en rien. 

 

On soulignera aussi qu'en tant que salariés, leurs horaires sont fixes, et plutôt respectés - ce qui en fait des personnes fiables, pour aller chercher lesdits enfants à la sortie de l'école ou de la garderie. D'ailleurs, souvenez-vous qu'en cas de retard à un rendez-vous - celui où il faut rendre les livres à l'heure, par exemple - vous pourriez prendre 25 centimes d'euros de pénalité…

 

Bon, évidemment, on ne devient que rarissimement bibliothécaire par dépit : il est raisonnable d'en déduire que ce métier a été choisi par amour du travail. Mais peut-être aussi par goût pour la classification décimale de Dewey : dans ce cas, bienvenue dans un monde de pointilliste, ou de maniaque, c'est selon. On pourra apprécier aussi la valeur d'une personne qui travaille dans un environnement calme, et relativement silencieux, et qu'en cas de sport en chambre, ladite personne ait besoin de sortir dudit environnement calme pour lâcher la bride à son émoi.

 

Ne versons pas dans le fantasme d'ébats passionnés dans une bibliothèque déserte, mais n'oublions pour autant pas de rappeler qu'à l'heure du coucher, l'enfant qui est en chacun se régalera de ces « bedtimes stories », ou petites histoires d'avant dormir. Lesquelles seront nécessairement riches et variées : votre partenaire est, rappelons-le bibliothécaire. 

 

"Les bibliothécaires mâles, célibataires, et mignons, sont comme les licornes, et aussi rares qu'une belle fille normale lors d'une convention de Star Trek"

 

Si cet inventaire à la Prévert ne vous convient pas, laissez-vous charmer par celui de wikiHowl, qui propose d'autres bonnes raisons. On y pointe avant tout la curiosité et le goût de la découverte des gens qui pratiquent ce métier. Tout en n'oubliant pas que le/la bibliothécaire appréciera peut-être plus que d'autres de rester seul pour lire, ou devant son ordinateur/tablette/smartphone, etc. : à consacrer sa vie aux livres et à l'information, on peut avoir envie de travailler aussi à la maison.

 

 

Sexy Librarian

bjornmeansbear, CC BY SA 2.0

 

 

Ce qui est intéressant, c'est que le Daily Mail apporte quelques statistiques sur le métier le plus recherché au Royaume-Uni pour son/sa partenaire. Les femmes seraient attirées plus spécifiquement par les hommes travaillant dans la publicité, et à l'inverse, les avocates seraient une source plus régulière d'intérêt pour les hommes. 

 

Or, chose amusante, les couples les moins réussis seraient ceux qui réunissent un/une enseignant/e, avec un/une bibliothécaire. On pourra toujours se demander comment ferait un enseignant-documentaliste dans ce cas…

 

« Pour les hommes, les agents de voyage, les serveuses et les pharmaciennes sont les plus pointilleuses. Tandis que les moins difficiles à vivre sont les bibliothécaires, les bar-girls et les traiteurs. Pour les femmes, une autre tendance a émergé : les bibliothécaires sont les plus pointilleux, suivis par les pharmaciens et les ingénieurs. Les marketeux, les administratifs et les barmen sont les moins compliqués à supporter. »

 

On laissera le mot de la fin à Annoyed Librarian, qui conclut avec dépit : « Les bibliothécaires mâles, célibataires, et mignons, sont comme les licornes, et aussi rares qu'une belle fille normale lors d'une convention de Star Trek. » Triste monde tragique...

 

(via MPH Books)