medias

Grâce Steve Jobs, la tablette d'Apple nous fera bien marrer

Clément Solym - 21.01.2010

Zone 51 - Humour - Steve - Jobs - Apple


L'heure est venue de revenir aux sources et à l'origine de toutes choses. Principalement du plus gros canular technologico-éditorial de ces dix dernières années. Non, ne parlons pas du Cytale, mais plutôt des propos tenus par Steve Jobs, grand Marabout d'Apple, un 15 janvier 2008. Parce que deux ans plus tard, on va le prendre en flagrant délit de contradiction.

Réellement ? Non, bien sûr. N'oubliez pas : l'art d'Apple est de ne pas être le premier sur le marché, mais avant toute chose d'apporter des innovations qui rendent ses produits exceptionnels - ou considérés comme tels.

C'était un soir, ou peut-être une nuit... Steve s'était allongé près d'un lac, et légèrement assoupi. Quand soudain, venue de nulle part, surgit la révélation :
“It doesn’t matter how good or bad the product is, the fact is that people don’t read anymore. Forty percent of the people in the U.S. read one book or less last year. The whole conception is flawed at the top because people don’t read anymore.”
Ce fut comme une apparition, écrirait Flaubert. Steve Jobs avait enterré la lecture numérique d'un coup de songe, la reléguant à une forme de gâtisme pour Geek en manque de bibliothèques roses. Très roses... Merci au New York Times d'en avoir immortalisé l'instant, alors que sous peu le journal deviendra payant lui aussi...

« Les gens ne lisent plus »... Alors, pourquoi vouloir faire des appareils de lecture, et qu'importe qu'ils soient bons ou mauvais ? Rions ensemble, frères humains qui après nous vivrez...

Pourquoi en rire ? D'abord, pour ne pas en pleurer. Ensuite, parce que les rumeurs sur le partenariat qu'Apple pourrait lier avec plusieurs éditeurs américains, avant de s'attaquer au reste du monde, sont simplement géniales. On redoutait Amazon, on luttait contre Google, et voilà que LA firme vient avec ses gros sabots envahir le marché de l'édition. Pas de quartier, pas de pitié, pas de prisonniers.

« Les gens ne lisent plus »... Alors, on va leur donner l'outil qui les fera lire, parce que nous, Apple, savons comment faire...

Ça ne vous amuse pas ?