Hercule, succès du box-office : quatre (é)preuves du demi-dieu

Florent D. - 29.08.2014

Zone 51 - Humour - Hercule Zeus - Dwayne Johnson - demi dieu


Sorti le 27 août, le film avait déjà réalisé près de 110.000 entrée dans l'Hexagone. Autrement dit, le 13e Travail pourrait être, pour ce peplum bien moderne, de réaliser un carton dans les salles. Hercule est le demi-dieu que l'on va adorer, surtout quand il est incarné, dans le film de Brette Ratner, par Dwayne Johnson. Arrivé rapidement en tête du box-office français, le récit, plus ou moins scrupuleux, des 12 travaux du fils de Zeus en rajoute trois couches sur les légendes, ninjas et zombies en plus. Presque... 

 


Un mars et ça repart ? A l'époque, c'était un lion....

 

 

Mais qui était Hercule ? En plongeant dans notre bibliothèque de livres numériques, nous avons déniché quelques perles rares, et un peu anciennes. 

 

Ainsi, on pourra se délecter du livre d'Anne-Claude-Philippe de Tubières-Grimoard de Pestels de Levis comte de Caylus, qui propose de redécouvrir l'histoire d'Hercule le Thébain. C'est que, l'on a beau être un demi-dieu, il faut bien naître et la ville de Thèbes, où Oedipe commit les atrocités qu'on lui connaît, n'était pas nécessairement la pire de toutes. 

 

L'ouvrage fut imprimé en 1758, et se trouve disponble en format EPUB, pour 237 pages d'une reconstitution historico-cocorico-comique. Enfin, comique, un peu malgré elle. On conseillera d'ailleurs de télécharger le fichier image en PDF, nettement moins crade que celui proposé par Google pour l'EPUB.

 

 

En 1801, Eustache Le Noble fit paraître Les travaux d'Hercule, ou la rocambole de la fouterie, un livre que l'on ne recommandera pas vraiment aux moins de 18 ans, par mesure de prudence. Dix-sept gravures ornent le manuscrit, lequel débute avec cette jolie sentence

Dans le con gît toute la joie ;

Mais hors du con, point de salut

 

Les amateurs goûteront la chose avec délectation, et plus encore la préface, qui exhorte « les disciples de la volupté », à accourir pour une séance de débauche. « Je forme des Hercules, des hommes extraordinaires enfin, en développant dans l'être organisé, les facultés viriles de l'humaine nature. » C'est que le demi-dieu avait la réputation de pouvoir rassasier les femmes plus qu'aucun autre mortel...

  

Le très sérieux – et un peu gonflant – Chrétien Simon Le Prévost d'Iray, en 1817, s'est longuement interrogé, et avec beaucoup de science et de sagesse, sur les origines mêmes du personnage. De l'Hercule thébain ou de l'Hercule grec, il passe en revue les différents récits mythologiques et ceux des historiens – il fut un temps où l'on ne distinguait pas vraiment l'histoire de la fiction, les deux étant confusément identiques, puisqu'elles servaient les intérêts politiques du moment. 

 

« L'origine d'Hercule était égyptienne. Hérodote l'affirme, et tous les monuments de l'antiquité le prouvent », affirme le bonhomme. On n'oserait le contredire. 

 

 

Jean de Rotrou, bien avant ce joli monde, avait fait imprimer en 1636 un Hercule mourant, une tragédie qui raconte, bien entendu, la mort du demi-dieu. Attention spoiler : le tout s'achève avec une théophanie, puisqu'Hercule descend du ciel, tout bourré à l'ambroisie (« ma soif éteinte », du joli...) et réclamant à la cantonade de lui dresser « des autels à ma gloire ». 

 

Oui, la mort n'aide pas à l'humilité. 

 

On laissera aux amateurs et savants le soin de parcourir le catalogue disponible (fichiers en EPUB, pas toujours correctement OCRisés, ou en PDF, pas forcément bien numérisés non plus). Et après vous avoir fait subir tout cela, on vous devait tout de même bien la bande-annonce...