Horreur : un biscuit utilisé comme marque-page dans un livre rare du XVIe siècle

Antoine Oury - 04.03.2020

Zone 51 - Insolite - biscuit manuscrit - manuscrit Tudor - livre rare ancien


Les bibliothécaires de l'université de Cambridge ont fait une découverte inattendue, à la fin du mois de février. Pas un manuscrit rare, ou une enluminure soigneusement dissimulée, non, mais... un vieux biscuit, coincé entre deux pages d'un livre du XVIe siècle. Une vision d'horreur pour les conservateurs...

Photo par l'équipe de la Cambridge University


Dans un exemplaire de 1529 de l'In Evangelium Joannis Tractatus de Saint-Augustin, les conservateurs s'attendaient à trouver autre chose qu'un vieux biscuit, âgé de 50 ans environ, entre deux pages. Le cookie a bien évidemment abimé l'exemplaire, en laissant une marque de graisse particulièrement dommageable pour l'ouvrage. Un travail de restauration a été effectué, pour s'assurer que celui-ci reste en bon état.

Le livre est entré dans les collections de l'université de Cambridge en 1970, pour être conservé dans les sections spéciales, réservées aux ouvrages rares et anciens. En théorie, ni liquide, ni stylo, ni nourriture ne sont autorisés dans l'enceinte.

Pour Emily Dourish, conservatrice en chef, le biscuit se serait retrouvé entre les pages il y a plus de 50 ans : « Sans doute, un élève l'aura fait tomber il y a plus de 50 ans, et l'aura laissé là. Quand nous l'avons reçu en donation, il a été inspecté, mais pas suffisamment, avant d'être rangé. »

« J'étais choquée. Et quand j'ai amené l'exemplaire à notre conservateur, il est resté ébahi. »
 

L'université a commenté la photo d'une manière assez pragmatique : « Pour la prochaine fois, nous avons des marques-pages inoffensifs. Merci de ne pas utiliser de produits faits maison. »

via For Reading Addicts



Commentaires
Attention, un manuscrit, c'est écrit à la main. Un imprimé, c'est imprimé. Et ici, ce n'est pas un manuscrit du XVIe siècle, mais bien un imprimé!
Bonjour!

Si vous relisez bien, on parle d’un livre, d’un exemplaire... pas d’un manuscrit.
Oui, So. Mais mon commentaire portait sur la première version de l'article, qui a été depuis modifiée et qui mentionnait un manuscrit... Ce qui fait qu'il n'a plus lieu d'être.
Sans compter la légèreté de traduction, « conservator » ne veut pas dire « conservateur »...
On a du mal à comprendre comment ça a pu échapper à une vérification... Ce n'est pas une tranche de PQ quand même ?
Parce que sont des ouvrages epais, lourds, rangés parmis une multitudes d'autres ouvrages. les vérifications de l'était de tout les ouvrages d'un centre d'archive ou d'une bibliothèque ne sont pas systématique, parce qu'il y en a énormément et que les bibliothécaires on beaucoup de travail.
Mille excuses, mais je n'ai pu résister à la tentation de modifier un peu la fin de la deuxième phrase de Madame Emily Dourish:

"Et quand j'ai amené l'exemplaire à notre conservareur, il a mangé le biscuit."



C'est la faute au commentaire de l'université!!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.