Hugobjets : les produits dérivés Victor Hugo, pas de petit profits

Clément Solym - 10.04.2011

Zone 51 - Insolite - hugobjets - marketing - victor


Bustes, calendriers, plumes, jeux de cartes, publicités... Le poète était, de son vivant, l'objet d'une foule de produits dérivés.

Collectionnés avec passion et parcimonie par un admirateur à la fin du XIXe siècle, ils sont présentés à la Maison du père des Misérables jusqu'au 28 août, place des Vosges à Paris.

Des têtes de pipes aux boîtes à cigares, en passant par les bières Jean Valjean concoctées à Montreuil sur Mer, les cartes à gratter ou pin's, les objets sont plus fous les uns que les autres.


La réunion de toutes ces pièces est due à la passion d'un seul homme, Paul Beuve, employé de bureau, qui possédait en 1902 plus de 8.000 pièces à l'effigie d'Hugo. Le musée, à qui il a cédé une bonne partie de sa collection dès son ouverture en 1903, lui rend également hommage.
Reprenant les catégories selon lesquelles ce chineur invétéré classait ses trésors, le parcours de l’exposition vous invite à « manger Hugo », à « fumer Hugo », à vous « meubler Hugo », à « écrire Hugo » ou encore à « jouer Hugo » à « chanter Hugo » et, surtout, à « célébrer Hugo ».

Cette manière ludique, et furieusement commerciale de regarder « l’icône » Hugo est aussi une manière de réinterroger cette image aujourd’hui.
Près de deux millions de personnes ont assisté aux funérailles du "Père Hugo" en 1885.

Pour les informations pratiques sur cette exposition, voir le site de la Mairie de Paris. Entrée : 2,5€ / 5 €.