Il créé des cartes de constellations à partir d'incipit célèbres

Elodie Pinguet - 25.01.2017

Zone 51 - Insolite - constellations - premières phrases littératures - romans courts


Un data artist, soit un artiste des données, Nick Rougeux, a créé des cartes de constellations fabriquées à partir de romans célèbres. Il a repris, pour chaque carte, chacune des premières phrases de tous les chapitres d’un livre en associant un mot à une étoile.

 

Nick Rougeux

 

 

Dans la littérature, de nombreuses premières phrases de romans sont aujourd’hui encore, connues de tous. Par exemple, si on vous dit « Longtemps, je me suis couché de bonne heure », vous reconnaîtrez l’œuvre de Proust, Du côté de chez Swann. Pour son projet d'affiches, Literary Constallations, Nick Rougeux a ainsi mis en avant des phrases d’ouvertures. Il a détaillé sur son site tout son processus de création.

 

Mais plutôt que s’attarder sur une grande quantité d’auteurs et de romans divers, il s’est penché exclusivement sur les histoires courtes. Il a extrait les premières phrases de chaque chapitre pour les retranscrire selon un schéma prédéfini.

 

À l’origine, son but n’était pas la création d’une constellation, il cherchait « une façon visuelle intéressante de regarder le texte ». Il a démarré avec la première phrase de l’œuvre de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, et il s’est vite rendu compte que « ce que je créais ressemblait à des cartes de constellations ».

 

Mais concrètement, comment s’organisent ces cartes ? Au premier abord, elles semblent ressembler à un enchevêtrement de points et de traits, de tailles assez variées. L’explication est au final assez simple.

 

Rougeux a d’abord réalisé une sorte de rose des vents, mais sous la forme d’une étoile à 9 branches. Chaque branche est associée à une nature de mot, comme un adjectif, pronom, conjonction, adverbe, etc., et indique une direction.

 

Le premier mot de la phrase est symbolisé par une sorte de soleil. C’est de là que part la constellation. Ensuite chaque mot est représenté par un point, dont la taille est déterminée par la longueur du mot. Le trait qui relie deux points entre eux a une longueur proportionnelle à la longueur du premier mot (et donc à la taille du point). Par exemple, si l’on reprend l’ouverture de Proust « Longtemps je me suis couché de bonne heure », la ligne entre « longtemps » et « je » sera plus longue que la ligne entre « je » et « me ».

 

La direction des lignes et donc, du prochain point, est déterminée par la fameuse étoile à 9 branches, qui va agir comme une boussole. Ainsi, pour un adjectif il faudra aller vers le nord et pour un pronom vers l’ouest.

 

Pour ce projet, qui explore une nouvelle façon de présenter ces données littéraires, Nick Rougeux a cartographié entre autres, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll ou encore Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde. Au total, il a réalisé une douzaine d'affiches.

 

Les différentes constellations ainsi créées sont disposées sur la carte dans le sens des aiguilles d’une montre. Bien sûr, il faut considérer ces cartes d’après les versions anglaises des romans. 

 

 

via Wired