Il s'entraîne pour réciter de tête Finnegans Wake, chef d'oeuvre de Joyce

Antoine Oury - 09.12.2019

Zone 51 - Insolite - Finnegans Wake James Joyce - James Joyce livre - Neal Kosaly-Meyer


À Seattle, Neal Kosaly-Meyer s'est lancé un défi peu commun, dans la catégorie la vie devant soi. Ce pianiste a tenté de lire Finnegans Wake, de l'écrivain irlandais James Joyce, lorsqu'il avait 25 ans : il n'est pas allé bien loin, croisant dès la première page le fameux mot de cent lettres qui en a décontenancé plus d'un. Des décennies plus tard, pour surpasser cet échec, Kosaly-Meyer a décidé de réciter Finnegans Wake de tête.

11/6/2009
(Eduardo M., CC BY 2.0)


Neal Kosaly-Meyer n'est pas du genre à se décourager, et ses années de pratique du piano lui ont donné une certaine habitude de la rigueur : en 1984, frustré de n'avoir pas su aller plus loin que la première page de Finnegans Wake, il décide d'apprendre par cœur le premier chapitre du légendaire roman de James Joyce. Celui-là même qui contient le terme « bababadalgharaghtakamminarronnkonnbronntonnerronntuonnthunntrovarr- hounawnskawntoohoohoordenenthurnuk ».

Ce mot de 100 lettres n'est pas seul dans le livre : 9 autres termes au nombre de lettres similaire, à l'exception du dernier qui en compte 101, sont autant de « coups de tonnerre », qui signalent un bouleversement particulier. Finnegans Wake est truffé de ces jeux avec les langues, pour dérouter et provoquer le lecteur. « À cette époque, je suis à l'école de musique, je fais du piano chaque jour, et je réalise que prononcer un mot de 100 lettres est un peu comme le piano, il faut s'entrainer. »

Ni une ni deux (mais plutôt cent), voici Neal Kosaly-Meyer lancé dans un apprentissage un peu particulier. Quelques années plus tard, en 1987, fin prêt, il déclame les pages du premier chapitre, de tête, devant des proches. Puis laisse à nouveau tomber le roman, estimant qu'il a gagné une partie, et s'est approché de ce que Joyce souhaitait faire avec ses mots à rallonge et sa construction alambiquée.

En 2012, Finnegans Wake se rappelle à son bon souvenir par l'intermédiaire de John Cage, avec son œuvre Roaratorio ainsi qu'avec ses écrits sur Joyce. Et Kosaly-Meyer de poursuivre son travail de mémorisation, chapitre par chapitre, pour un livre qui approche des 1000 pages.
 
« J'ai décidé d'apprendre 37 pages par an », explique le pianiste à The Stranger. « À ce rythme, l'apprendre en entier prendra 17 ans... J'avais 54 ans alors, cela signifiait avoir fini à 71 ans. Pas de temps à perdre avec mon âge, il fallait que j'y aille. »

À 61 ans, Neal Kosaly-Meyer a atteint le chapitre 6 du roman de Joyce, et se produit désormais en public, pour des récitations.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.