Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Il s'inspire des Fifty Shades of Grey pour coucher avec son ex-femme

Julien Helmlinger - 19.11.2013

Zone 51 - Insolite - E.L James - Fifty Shades of Grey - Sexe


La justice néo-zélandaise a rendu son verdict dans une étrange affaire. Un homme qui se trouvait accusé du viol de son ex-femme, avec laquelle il avait entretenu une relation sexuelle après leur séparation, a été acquitté. Si ce rapport était consentant, en revanche, l'ex-mari avait dissimulé son identité en portant cagoule et lunettes de soleil, selon un scénario inspiré par les Fifty Shades of Grey de E.L. James.

 

 



Originaire de Stratford, le couple s'était séparé après 15 ans de mariage. Quelques mois plus tard, l'homme a échangé des SMS avec son ex-femme en se servant d'un nouveau téléphone portable et en se gardant bien de lui révéler son identité. Tandis qu'il se faisait passer pour un jeune homme de 20 ans, leur correspondance a pris une tournure sexuelle.

 

C'est ainsi que les deux ex auraient finalement convenu d'un rendez-vous pour une soirée coquine. Au programme, l'ex-mari feignant une grande timidité portait en permanence une cagoule et des lunettes de soleil et se contentait de communiquer par des signes. La partenaire, ne se serait pas posé pus de questions et aura convenu d'un second rendez-vous.


Finalement prise d'un doute, à la fin de cette seconde séance, elle a pris le prétendu jeune homme en filature, et découvert qu'il s'agissait de son ex-mari. Visiblement déçue, elle a décidé de porter plainte et l'ex-mari a dû répondre de deux accusations de viol devant le tribunal de New Plymouth.

 

La défense, représentée par l'avocat Paul Keegan, a plaidé que cette relation ainsi que plusieurs des SMS échangés avaient été inspirés du best-seller érotique de la Britannique E L James, Cinquante nuances de Grey. Elle a ajouté que le défendeur pensait que sa femme savait bien qui elle rencontrait

 

Selon Fairfax, l'avocat de la défense, Paul Keegan a déclaré que c'était « l'affaire la plus étrange et la plus difficile que je n'ai jamais eue à traiter en 15 ans », un verdict finalement confirmé par le juge Allan Roberts qui a acquitté l'accusé. Celui-ci aura échappé aux menottes.