Il sera bientôt possible de fumer la weed personnelle de Hunter S. Thompson

Antoine Oury - 01.12.2016

Zone 51 - Insolite - Hunter S. Thompson gonzo - marijuana Hunter S. Thompson - Anita Thompson marijuana


Hunter S. Thompson, créateur du journalisme gonzo, reste célèbre pour sa consommation immodérée d'alcool et de substances illicites. La veuve de l'écrivain disparu en 2005, Anita Thompson, promet que ses plus grands fans pourront bientôt fumer la marijuana cultivée par le Dr Thompson lui-même. Évidemment, la rédaction déconseille toute consommation de substances illicites.

 

ganja

(kento, CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

« J'ai toujours aimé la marijuana. Elle a été pour moi une source de joie et de plaisir pendant des années. Et je la considère toujours comme un des éléments indispensables à l'existence, avec la bière, la glace et les pamplemousses », déclarait Hunter S. Thompson à qui voulait l'entendre. Plus d'une décennie après sa mort, sa veuve Anita Thompson, qui fait vivre l'héritage de l'auteur, entend donner aux amateurs des raisons de se réjouir.

 

Elle l'annonce à l'Aspen Times : « J'ai trouvé un moyen légal d'extraire l'ADN de la marijuana et du haschich de Hunter que je conserve depuis une quinzaine d'années », assure-t-elle. « Je vais rendre ces plants disponibles pour ceux qui voudraient profiter d'une expérience Gonzo, dans les États où la consommation est légale. »

 

Dans un post Facebook, la veuve de l'écrivain décrit ses projets relatifs à Owl Farm, le dernier lieu de résidence de Thompson, à Aspen, dans le Colorado. Un musée sera ouvert fin 2017, et Anita Thompson envisage également la mise en place de résidences d'artistes, principalement des écrivains et des musiciens.

 

 

Plutôt que vendre le très lucratif nom de son mari décédé à un cultivateur de l'État — où la consommation de marijuana est légale depuis 2012 — Anita Thompson a préféré miser sur une recréation à des fins récréatives des cultures du Dr Thompson.

 

Les bénéfices de la vente des plants de marijuana seront investis dans la rénovation de la ferme de Thompson et la mise en place du musée.