Institut français : la loi sur l''action extérieure de la France' votée

Clément Solym - 06.07.2010

Zone 51 - Chez Wam - loi - action - extérieure


L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi sur « l’action extérieure de la France » sans remettre en cause la question décriée des frais de sauvetage.

Porté par le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, ce projet de loi crée un Institut français supervisant la culture hors du pays, reprenant les activités de l’association CulturesFrance. La présidence de cette nouvelle agence devrait revenir à Xavier Darcos ancien ministre de l’Education nationale.

Au cœur du texte du projet, une disposition a semé la controverse dans la classe politique. L’application du projet de loi laisserait à l’Etat la possibilité de demander le remboursement partiel ou total des dépenses engagées dans le sauvetage « de personnes s’étant délibérément exposées, sauf motif légitime tiré notamment de leur activité professionnelle ou d’une situation d’urgence à des risques qu’elles ne pouvaient ignorer ».

La formule n'est pas sans rappeler les critiques sévères du porte-parole de l’Elysée Claude Guéant qui parlait des risques inconsidérés du « scoop à tout prix » en janvier dernier.

Un « texte maladroit » selon le PS et les Verts qui craignent que seuls les journalistes et humanitaires soient concernés par l’exception. « Je ne vise ni les journalistes ni les humanitaires » , a justifié Bernard Kouchner qui défend « une formulation globale » incluant d’autres professions. Et ajoute qu’il s’agit davantage d’une incitation à prendre en considération les « prises de risques inutiles ».

Le débat s’envenime y compris dans les rangs de la majorité. La dernière saillie revient à Gilles d’Ettore (député UMP) qui a exprimé sa perplexité sur la raison qui pousserait à sortir le journaliste « du champ de la responsabilité ».

En février dernier, l’état-major des Armées évaluait les opérations de recherche pour retrouver les deux journalistes de France 3 retenus en otage à plus de 10 millions d’euros.


(avec agence)