Interdit de lire des ebooks en mangeant ou devant un cappuccino

Clément Solym - 03.08.2010

Zone 51 - Insolite - lecture - livre - interdire


Charmante mésaventure, racontée par Nick Bilton, dans un blog du New York Times, et qui fait état d'un incident survenu alors qu'il tentait de consommer un cappuccino, dans un café de Manhattan... Il installe son lecteur ebook - en l'occurrence, un modèle dont nous n'avons que trop parlé aujourd'hui, vendu par un commerçant de Seattle...

Mais à peine la machine allumée, qu'un serveur lui lance : « Excusez-moi, monsieur, mais nous n'autorisons pas les ordinateurs dans le café. » Réponse du consommateur désarmé : « Ce n'est pas un ordinateur, c'est un lecteur ebook. » En France, il faudrait peut-être préciser, un lecteur de livre numérique, mais soit, outre-Atlantique, normalement, ils se comprennent.

Crédit photo © ActuaLitté
Mais le garçon du café n'en démord pas : il voit un écran, une batterie, donc forcément c'est un dérivé d'ordinateur. Et de répéter sa petite phrase magique... Pas d'ordinateur dans la boutique. Forcément, la discussion s'échauffe, et partant sur les raisons qui voudraient que la lecture sur papier soit mieux vue que la lecture sur écran, le garçon balaye la salle du bras : « Regardez, il n'y a pas d'ordinateurs dans ce café. »

Merdum... Des claques se perdent...

Nouvelle anecdote, très similaire, avec une tablette sortie par une marque ayant choisi un fruit comme logo, mais là encore, même riposte. Pas d'ordinateurs entre 12 h et 15 h dans le restaurant, alors que le monsieur veuille bien sortir avec sa machine. Il dérange. Et ce, alors que des dizaines de clients étaient confortablement installés, qui avec son journal du jour, qui avec son livre... Question de Nick : « Combien de temps faudra-t-il avant que les ebooks ne soient acceptés comme des égaux de leurs homologues papier ? »

La réponse à cette intelligente interrogation se trouverait presque dans nos colonnes, mais en dépit de ce que dit la presse, il y a fort à parier que les mentalités ne changent pas aussi rapidement que le souhaiteraient les médias...