J.K. Rowling répond à une théorie sur la folie d'Harry Potter

Clément Solym - 07.09.2012

Zone 51 - Insolite - J.K. Rowling - Harry Potter - Théorie


Il n'est pas rare pour le public de rechercher une interprétation alternative d'une oeuvre, quelque part entre ses lignes. Parmi ces analyses, parfois hasardeuses, certaines ont créé le buzz. On se souvient notamment de l'impertinente Folle Journée de Ferris Bueller, de John Hugues, qui avait laissé supposer que le personnage Ferris Bueller n'était autre que l'alter ego de Cameron Frye, projeté dans l'histoire à la manière du Tyler Durden de Fight Club. Le sorcier Harry Potter, à son tour, a dû s'allonger sur le divan. Certains lecteurs le pensent fou, et l'auteure à succès leur répond. 

 

 

 

 

Selon cette nouvelle rumeur, le jeune Harry Potter souffrirait d'importantes séquelles dues à son enfermement dans un placard par un oncle et une tante. Le traumatisme aurait conduit le garçon à faire vivre tout un royaume fantastique dans les méandres de son imagination perturbée.

 

J.K Rowling, qui a eu vent de cette théorie, l'a elle-même commentée au cours d'une interview avec Steve Kloves. Cet échange sera à l'honneur du coffret Harry Potter Wizards qui sort aujourd'hui aux États-Unis et le 19 septembre en France. Rapporte Tribute.

 

Le scénariste Kloves a commencé par évoquer : « Dans le script, quand Harry était dans le placard, j'ai inventé une araignée baptisée Allistor, à laquelle il a parlé. [...] Il avait l'habitude de discuter avec ses rangées de soldats en plastique, et le fait est qu'il avait l'air réellement fou quand j'ai écrit la première ébauche. Quand le personnage d'Hagrid est apparu, on aurait cru qu'il sortait de l'imagination d'Harry pour une minute, qu'il avait convoqué ce type. »

 

Ce à quoi l'écrivaine a ajouté : « Je pense que c'est un point fabuleux, et il parle si parfaitement à la réalité des livres. J'ai entendu plus d'une fois qu'Harry est en réalité devenu fou dans l'armoire et que tout ce qui est arrivé par la suite était une sorte de vie de fantasmé qu'il a développé pour s'évader. »

   

Alors, Harry, un petit air de ressemblance avec le Vincent de Tim Burton ?