John Boyne copie une potion du jeu vidéo Zelda pour son roman historique

Nicolas Gary - 04.08.2020

Zone 51 - Insolite - Zelda John Boyne - jeu vidéo roman - roman historique bévue



Si, si, n’hésitez pas : mettez un peu de son et appuyez sur le gros bouton vert. Pour lire ce qui suit, il va falloir se replonger un peu dans l’ambiance de Link, ce gnome habillé en vert qui se prend pour un elfe — faut pas nous la faire — et qui se changeait volontiers en terroriste à poser des bombes jusque dans des bosquets innocents.


 

Alors voilà : John Boyne, auteur du splendide Les fureurs invisibles du cœur (trad. Sophie Aslanides chez Lattès en 2018), vient de commettre un nouveau roman. Tant mieux. A Traveler at the Gates of Wisdom raconte un drame historique qui se déroule sur quelque 2000 ans. 

Avec un véritable souffle, l’auteur irlandais s’est donc donc mis en devoir d’introduire des éléments du réel, pour donner plus de poids à son ouvrage. Jusque dans ce passage où l’un des personnages va créer un colorant rouge pour teindre une robe. Et Boyne d’énumérer les ingrédients employés : « keese wing, Octorok eyeball, the tail of the red lizalfos and four Hylian shrooms. »

Des ingrédients, vous pouvez le tenter, qui ne se retrouveront pas aussi simplement qu’on l’imaginerait chez l’épicier ni le droguiste du quartier. De fait, les internautes ont rapidement pointé que cette recette provenait directement de The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Dana Scwhartz l’a elle-même dévoilé.
 


Il semblerait bien que ce soit avec une bête recherche Google que la recette de teinture soit apparue, et que le romancier s’en soit emparé sans autre forme de procès. Et de fait, on tombe facilement sur une méthode pour colorer un vêtement, directement tirée… d’un jeu vidéo. Et re petit clic sur le bouton :
 


Schwartz s’est alors bidonnée, et les lecteurs avec elle : hommage, clin d’œil… dans un livre qui se veut un drame historique, on penche plutôt pour la boulette… Et John Boyne lui-même reconnaît autant qu’il apprécie la boutade.



 
« C’est en fait assez hilarant. Je suis tout à fait disposé à le reconnaître. Quelque chose me dit que je raconterai cette anecdote en public durant de nombreuses années. »
 

Mais promis, il ne fera pas de correctif dans les prochaines éditions du roman, afin de garder le plaisir intact. « Parfois, il faut simplement lever les mains et avouer : ‘Ouais, j’ai merdé !” », plaisante-t-il. 


 

Une note à venir, peut-être, dans la future traduction française : Que la Triforce soit avec toi !



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.