Kim Il-Sung et Kim Jong-il, auteurs jeunesse de père en fils

Antoine Oury - 13.03.2014

Zone 51 - Insolite - Kim Jong-il - Kim Sung-il - auteurs jeunesse


Toujours à la recherche du livre idéal pour vos bambins ? Celui qui saura allier valeurs et créativité, tout en évitant bien sûr de faire la promotion de la lutte des classes ? Retenez ces deux noms, et n'hésitez pas à solliciter votre libraire : Kim Il-Sung et son fils Kim Jong-il, père de l'actuel dirigeant de la Corée du Nord, se sont en effet essayés à la littérature jeunesse.

 


kim-jong-il-propaganda-posters-05-determination-beside-waves-560x420

Niveau illustration, il y a de quoi faire... (Michael Tyler, CC BY-SA 2.0)

 

 

On connaissait déjà la passion cinéphile du critique d'art Kim Jong-il, mais l'homme n'a pas encore révélé toutes les facettes de sa bibliographie. Boys Wipe Out Bandits (Les garçons battent les bandits), un récit jeunesse, serait signé de sa main, d'après le spécialiste en littérature de la Corée du Nord Christopher Richardson, de l'université de Sydney.

 

D'après Richardson, le conte est « une ode au pouvoir rédempteur de l'ultra-violence » : publié en 1989, il serait le fruit d'un véritable rêve du despote. Boys Wipe Out Bandits raconte l'histoire d'un petit village, métaphore pas vraiment déguisée de la Corée du Nord, dont les habitants s'allient face à de monstrueux ogres. Évidemment, l'effort collectif fera triompher de l'adversaire...

 

Une propension à l'art du récit que Kim Jong-il tenait peut-être de son père, Kim Il-Sung : ce dernier aurait raconté plusieurs histoires de son cru, intitulées Le Papillon et le Coq ou Un cheval ailé. Des contes du même acabit : un adversaire brutal (le coq, version dégénérée de l'aigle américain, les envahisseurs japonais), des héros innocents et fringants, et un soupçon très léger de merveilleux.

 

Au cours de ses recherches, Christopher Richardson l'admet : les contes lui ont paru amusants, rythmés et parfois même drôles. « J'étais assez impressionné de découvrir que les livres (soi-disant) écrits par Kim Jong-il et Kim Il-Sung étaient bien plus lisibles que certains ouvrages écrits par des politiques occidentaux, même moins autoritaires », explique-t-il.

 

Personne n'est dupe : s'il est possible que les responsables politiques de la Corée du Nord aient monté de toutes pièces un récit pour divertir leurs propres enfants, il est plutôt douteux que leur main ait réellement signé les récits. « Le gouvernement entraîne une équipe de ghost writers dont le travail consiste à capter l'essence de la sagesse politique et littéraire du chef », précise Richardson.

 

Kim Jong-un travaillerait actuellement sur le sien...

 

 

)

 

(via The Guardian)