Kindle : le classement des best-sellers, pure arnaque

Clément Solym - 06.01.2011

Zone 51 - Insolite - kindle - classement - ventes


Pour réussir à vendre un livre numérique à travers l'ebookstore Kindle, rien de plus facile : il suffit de publier durant quelque temps des chroniques élogieuses de son ouvrage, explique Thomas Hertog, dans The Day the Kindle Died.

Accusant ouvertement le cybermarchand d'imposture, l'auteur de cet ebook (ah oui ?) vendu 5,74 $ sur Amazon.com, expliquait tout simplement comment manipuler les ventes en sa faveur et faire souffler un vent de réussite sur son ouvrage. Au moins en termes de visibilité.

Avec ces petits trucs, le livre monte dans la catégorie des best-sellers. Et si l'on ajoute quelques téléchargements que l'on fait soi-même, ainsi que des votes favorables frauduleux, alors, c'est la cagnotte.


Thomas s'appuie, pour sa démonstration, sur son propre livre, Wealth Hazards, vendu en 2009 dans ces mêmes conditions, et dont il n'aura finalement vendu que 32 exemplaires. En 45 jours chrono, son livre était propulsé numéro 1, dans la catégorie Finances, sans qu'un seul des commentaires qu'il a publiés n'ait été supprimé par Amazon.

En tout cas, on pouvait s'étonner de ce que le livre entre aussi facilement dans le classement des meilleures ventes, avec si peu, justement, de ventes.

De là à conclure que le classement des meilleures ventes par Amazon est « inexact », voire « artificiel » et « trompeur », il n'y a qu'un pas, qui l'a poussé à écrire un livre pour expliquer comment le Kindlestore était une vaste fumisterie. « Amazon me verse chaque mois des droits d'auteur, et n'a apparemment jamais pris la peine de lire The Day the Kindle Died, alors qu'il est classé n°20 dans les guides pour consommateurs sur Amazon. »

Son ebook a été commercialisé en décembre, mais retiré le 1er janvier, après un article dans le magazine TechEye, pointant l'ensemble des petits trucs nécessaires pour gruger la machine. Si les deux ouvrages de Thomas sont toujours en vente, ils sont supprimés du classement et les commentaires qui les louaient avec.