L'avion Air France détourné par les USA : le journaliste est blacklisté

Clément Solym - 24.04.2009

Zone 51 - Insolite - avion - détourner - journaliste


Le 18 avril dernier, le vol d'Air France à destination de Mexico avec à son bord le journaliste franco-colombien Hernando Calvo Ospina était détourné par les États-Unis. L'interdiction de traverser l'espace américain parvient au pilote qui doit alors faire escale à la Martinique avant de reprendre son trajet.

Le journaliste, parti pour un reportage sur le Nicaragua commandé par Le Monde Diplomatique était tout bonnement black listé : mentionné sur la No Fly List, en toute ignorance de cause, Hernando ne comprend pas. La presse passe d'ailleurs à côté de cette affaire.

Mais l'éditeur, Francis Combes, qui dirige Le Temps des cerises intervient : « On serait en droit d’attendre que la presse française réagisse et que le gouvernement français proteste contre de tels agissements. » Pour lui, le détournement de l'avion relève d'une grave atteinte à la liberté de circulation, révèlent les gars de BibliObs.

Cité par Rue 89, l'éditeur en remet une couche : « Hernando Calvo Ospina est un Colombien exilé politique en France qui écrit beaucoup pour dénoncer le gouvernement d'Alvaro Uribe et le rôle des États-Unis en Amérique latine, et en tant que journaliste, il a eu l'occasion d'interviewer des membres de l'état-major des Farc. Cela semble suffire pour être considéré comme un terroriste. »

Et quoiqu'Air France se pose en victime de la situation - les dépenses supplémentaires de ce détournement sont coûteuses - la situation n'en reste pas moins étrange. Aussi Francis Combes est revenu à la charge - à raison - pour dénoncer ce qu'il considère également comme une atteinte à la liberté d'expression.

« Elle montre à quel degré de paranoïa conduit la “guerre contre le terrorisme” initiée sous Bush mais qui semble continuer à dicter les agissements de l'administration US », enrage-t-il. La liste a en effet été mise en place peu après les attentats du 11 septembre et compte 50.000 noms de personnes interdites de séjour, ou même de survol du territoire. Sur quels motifs ? Hmm...

Hernando a rédigé un ouvrage qui a fait date Colombie, derrière le rideau de fumée, ainsi que d'autres sur Cuba et il prépare prochainement un essai sur la CIA. Voilà comment ceci ne parvient cependant pas à expliquer cela.

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.