L'histoire du livre Guinness World Records vaut bien une bière

Florent D. - 28.11.2013

Zone 51 - Insolite - Livre des records - Guinness - bière


L'idée que l'on puisse devoir à la bière un livre est amusante : on retrouve ces derniers temps différentes initiatives qui montrent des liens étroits entre la commercialisation d'ouvrages et la boisson à base de houblon. Il ne faut pas oublier que c'est grâce à un brasseur que l'on doit un annuaire des plus étranges. 

 

 

Guinness

ceasol, CC BY SA 2.0

 

 

La bière noire, coiffée d'une épaisse mousse blanche, cela parle forcément à toute l'Irlande, mais peut-être moins au reste de l'Europe. Pourtant, la Guiness (my godness !) a un lien étroit, depuis 1951 avec l'édition. En effet, Sir Hugh Beaver est alors directeur de la brasserie historique fondée en 1759 à Dublin. 

 

Discussion d'alcoolique s'il en est, ce dernier débattait avec des amis d'un sujet d'une extrême importance : lequel est le plus fort, l'éléphant ou l'hippopotame ? Ah, non, erreur, cela est une autre référence... Donc la question était de savoir si le pluvier doré est plus rapide en vol que le tétras. Ces deux oiseaux, de l'espèce des limicoles et des tétraoninés méritaient bien un débat autour d'une Guinness...

 

Or, les débatteurs se retrouvèrent dans l'incapacité de définir, même après avoir consulté les ouvrages de référence sur la question, qui de l'un ou de l'autre volait le plus vite. 

 

Loin de rester lettre morte, la question fut suivie d'une décision qui allait changer le cours de l'édition : Sir Hugh Beaver, qui n'en était pas à sa première ‘beaveurie', décida de lancer un ouvrage qui serait présent dans les 81.400 pubs de Grande-Bretagne et d'Irlande. Ce dernier comporterait les réponses à des questions d'ivrognes, et bien d'autres encore, raconte le site officiel du livre.

L'idée de Sir Hugh se concrétisa lorsque Norris et Ross McWhirter, qui possédaient une agence de documentation à Londres, furent chargés de rassembler les données qui figureraient dans ce qui allait devenir le premier Guinness Book of Records. Celui-ci parut le 27août 1955 et, à Noël, il se trouvait en tête de la liste des best-sellers du Royaume-Uni.

Le concept était né, il lui suffisait de compiler les informations, après vérifications. « L'ouvrage fait lui-même l'objet d'un record. Vendu à plus de 100 millions d'exemplaires dans 100 pays différents et traduit en 37 langues, le Guinness World Records est le livre le plus vendu de tous les temps », assure le site officiel.

 

La Bible, pour sa part, se serait écoulée à près de 6 milliards d'exemplaires de par le vaste monde et Harry Potter à plus de 400 millions d'exemplaires. Mais pour le Guinness, le chiffre a été arrêté en octobre 2003... une mise à jour serait donc bienvenue... 

 

Quant au pluvier doré ou au tétras ? Reprenez plutôt une bière...