Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'humeur de Chereau : ne pas dire ”Amen le livre invendu”, dire “Pilon mes frères”

La rédaction - 15.09.2017

Zone 51 - Humour - pilon détruire livres - auteurs vente livres - librairies livres invendus


Précision : contrairement à une idée reçue, les dessins qu’Antoine Chereau publie chaque semaine dans ActuaLitté ne sont pas que VRAIS, ils sont AUSSI drôles. Et inutile de les chercher dans un prochain album, l’homme les réalise pour nous, juste pour nous – allant jusqu’à brûler la palette graphique qui les a conçus, pour les rendre uniques. 

 

Nous espérons simplement que Saint Antoine de Chereau ne se crèvera pas les yeux, façon tsar Ivan IV avec les architectes de la Cathédrale Saint-Basile-le-bienheureux de Moscou.

Et comme l'édition ne connaît pas de repos, dans le mouvement de flux et reflux et de lettres de reflux d'éditeurs, il faut parfois passer par de douloureuses épreuves. Comme celle de la destruction des ouvrages, imprimés en trop grand nombre et pas suffisamment vendus, et donc renvoyés à l'éditeur. Quelle tristesse...

 



 

Retrouver les grandes oeuvres d'Antoine Chereau

 

L'édition française coûte 52 millions € par an à la société

 

 


 

Antoine Chereau – Du moment qu’on s’aime – Pixel Fever production – 9791091516044 – 23 €

 

Retrouver chaque vendredi L'humeur de Chereau, sur ActuaLitté


Humeur et billets de la rentrée littéraire 2017

 

Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires