La bière Iron Maiden estampillée du signe de la bête

Julien Helmlinger - 13.05.2013

Zone 51 - Insolite - Iron Maiden - Eddie the Head - Derek Riggs


Out of the blue, and into the dark ! La mythique bande des hard-rockeurs britanniques d'Iron Maiden secoue le marché de la bière en lançant cette semaine son propre label, forcément ça mousse déjà. Si sur scène les troopers de l'Apocalypse sont reconnaissables par des décibels de haut voltage et une bonne dose de jeu théâtral, leur monstrueuse mascotte quant à elle se promène floquée sur les pavillons noirs de métalleux à travers le globe. L'espèce de zombie aux cicatrices de trépanation, Eddie the Head, créé par l'illustrateur Derek Riggs, entend désormais envahir les étiquettes de bouteilles au rayon alcool. Et ça n'est pas du goût de tout le monde.

 

 

 

 

S'il est une terre promise du Heavy Metal, il s'agit probablement de la péninsule scandinave. Faire tournoyer une bonne touffe de cheveux longs et gras, sur fond de rythmique lourde à la double pédale, ça vous réchauffe un Suédois même au plus rude de l'hiver. Ainsi, il n'est pas étonnant que ce nouveau millésime soit lancé depuis Stockholm.

 

Mais voilà que l'écume est montée aux lèvres de Systembolaget, la chaîne de magasins, au service de l'État et qui détient le monopole des boissons alcoolisées dans le pays. Cette dernière a pointé samedi dernier l'étiquette du produit, annonçant « qu'elle ne répond pas aux critères de ce à quoi doit ressembler une étiquette de bière sur le marché ».

 

La bête créée par Derek Riggs, illustrateurs aux penchants prononcés sur la Science-Fiction, a connu plusieurs mutations au cours de sa carrière. La mascotte à face de zombie, inspirée par une photo de soldat vietnamien s'extirpant de son tank avec la tête à demi brûlée, s'est invitée sur des dizaines de pochettes d'album, jusqu'à devenir le symbole du groupe. Au fil de ses aventures figées, il prend des allures tantôt de momie ou encore de cyborg, et subit une lobotomie.

 

Et l'univers graphique dans lequel son créateur situe son personnage est truffé de références à la Science-Fiction. En passant les pochettes à la loupe, on peut notamment y voir un immeuble baptisé en l'honneur d'Isaac Asimov et son cycle Foundation, des références à Blade Runner, à Batman, la machine à voyager dans le temps du Docteur Who... parmi des piques envoyées à Margaret Thatcher.

 

Ce ne serait pas la première fois qu'une bière se verrait refuser l'entrée sur le marché en raison d'un souci graphique. Les brasseurs d'une marque danoise, qui enrobait ses bouteilles avec une paire de seins nus, avaient été contraints d'en changer l'illustration au cours du mois de décembre dernier.

 

L'étiquette aussi devrait-elle aussi se consommer avec modération ?