La dermatologie sauve les rats de bibliothèques de l'exclusion

Clément Solym - 10.09.2010

Zone 51 - Insolite - elegance - lecture - isoler


Il est des activités que l'on pratique seul, pour son plus grand bien. La cuisine, le narcissisme ou la lecture en font partie, entourez votre mention favorite...

Mais justement, dans le domaine de la lecture, qui nous intéresse d'ordinaire un peu plus que les deux autres champs, le numérique aurait pour funeste conséquence d'isoler les personnes. Parce que, caché derrière son écran, le lecteur sous-entendrait qu'il ne veut en aucun cas être dérangé.

Un iPad, ça vous sauve la vie !

Le phénomène vient autant de la communication infernale autour de l'iPad que de l'effet de mode et de nouveauté : tout le monde est intrigué, veut toucher le saint Graal, et surtout comprendre comment cet objet peut remplacer un livre. Avec des appareils dont le prix baisse - le Kindle accessible pour 139 $... - la croissance des lecteurs ebook vient d'autant plus facilement.

Et les moeurs changent nécessairement, bien que progressivement. Mais cet isolement provoqué par le numérique aurait des origines plus anciennes, estime Paul Levinson, professeur de communication et des médias à l'université de Fordham. Selon lui, le rat de bibliothèque a historiquement été stigmatisé, parce qu'en lisant seul dans son coin, il ne participait pas au processus social.

En parallèle, les appareils numériques accélèrent naturellement l'isolement, par la relation exclusive avec l'écran, couplée généralement aux écouteurs dans les oreilles. Pourtant, ils transforment la lecture en quelque chose de cool, poursuit le professeur, puisque liée à un épiphénomène de mode et surtout axé sur les nouvelles technologies...

On ne vous jetera plus de cailloux

Tout cela est assez évident, mais nos confrères du New York Times ont eu le bon goût de mettre un peu d'humour dans cette enquête. Ils ont en effet interrogé une dermatologue de Manhattan, Debra Jaliman, dont le nom doit rester gravé dans les annales de la lecture numérique. Selon elle, la lecture sur support numérique aide à contrer l'exclusion des lecteurs. Dans une période d'intérêt vif pour les nouvelles technologies - et qui pis est, pour la marque Apple - la lecture devient tout à la fois élégante et distinguée, tout en étant complètement transcendée par le recours à l'iPad.

Une dermatologue.

Mince alors.