La fin du roman inachevé de Charles Dickens aurait pu être connue

Maxim Simonienko - 29.04.2019

Zone 51 - Insolite - charles dickens - reine victoria lecture - Le Mystère d'Edwin Drood


Quelques mois avant sa mort, en 1870, Charles Dickens était à l'apogée de sa gloire. Il revient pourtant épuisé d'une tournée de lectures publiques et succombera à un accident vasculaire cérébral. Il s'apprêtait à publier sous forme de feuilleton son quinzième roman : Le Mystère d'Edwin Drood (traduit de l'anglais par Paul Kinnet aux éditions Archipoche).
 
Jeremiah Gurney - domaine public


Or, seules six des douze livraisons mensuelles prévues ont été publiées, laissant l'œuvre inachevée. C'est d'autant plus rageant lorsqu'on sait que la Reine Victoria avait décliné l'offre du romancier, qui lui avait proposé de lui révéler la fin de son roman...

Le mystère d’Edwin Drood est un polar qui se déroule à Cloisterham, une ville fictive anglaise. L'histoire met en scène un jeune couple : Edwin Drood et Rosa Bud, tous deux fiancés. Cependant, en raison de sa beauté, Rosa est courtisée par deux autres autres hommes de la ville : son oncle John Jasper et Neville Landless. La rivalité entre les trois hommes disparaît après une soirée ensemble. Cependant, quelques jours après cette chaleureuse soirée masculine, Edwin Drood disparaît. Meurtre ? Farce ? Encore aujourd'hui, les lecteurs s'interrogent et multiplient les théories. 
 

On était à un « oui » de le savoir

 
La reine Victoria a occupé le trône de 1837 à 1901. Elle est, pour le moment, la monarque ayant régné le plus longtemps dans l'histoire britannique. Comme la plupart des lecteurs à l'époque, elle adorait les œuvres de Dickens. « Excessivement intéressant » auraient été les termes qu'elle avait choisis pour décrire Oliver Twist. Pendant près de 22 ans, la Reine aurait tenté de contacter l'écrivain afin de le rencontrer. En vain.

En effet, l'auteur de David Copperfield n’était pas très friand de la couronne. Il présentait souvent sa reine comme « une adepte de la province ». My Lord, quelle audace ! Mais à force de persévérance, profitant de la fatigue de Dickens, elle réussit à le faire venir au Buckingham Palace, en mars 1870.

Lors de cette entrevue privée, la reine Victoria lui aurait présenté des passages de son œuvre Leaves from the Journal of Our Life in the Highlands. Un livre que l'écrivain qualifiera dans l'un de ses nombreux échanges de « ridicule ». Pas évident de le clamer devant Her Majesty...

Toutefois, Charles Dickens a eu un élan de sympathie pour la Reine Victoria, un seul : il lui proposa de lui révéler en exclusivité la fin du roman qu'il écrivait actuellement, Le mystère d'Edwin Drood. Mais, malheureusement pour l'Histoire, elle déclina poliment l'offre.
 

Après le décès de l'auteur, plusieurs groupes ont essayé de créer leurs propres théories autour de son dernier roman. En 1914, le Dickens Fellowship, un groupe réunissant des lecteurs ayant un intérêt particulier pour la vie et les œuvres du romancier, organisa un procès simulé pour le personnage de Jasper, avec G.K. Chesterton siégeant en tant que juge et George Bernard Shaw en tant que président du jury afin de découvrir le coupable.

Plus récemment, en 2015, l’Université de Buckingham a créé un site web appelé Drood Inquiry, où le public pouvait soumettre ses théories sur la fin du livre. Il semblerait que le mystère Edwin Drood reste toutefois entier et a jamais emporté par Dickens...


via Mentalfloss



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.