La lecture psychédélique, ou l'invitation aux voyages de Peter Max

Nicolas Gary - 22.02.2014

Zone 51 - Insolite - Peter Max - illustration - psychédélique


On entend souvent que ce qui a été fait par le passé ne serait plus accepté aujourd'hui. Le politiquement correct nous déborde de toutes parts, et même les projets les mieux intentionnés se retrouvent mis au ban, de crainte de choquer un troupeau d'hulubrlus mal lunés. Eh bien, tant pis pour notre époque de liberté d'expression brandie à tout bout de champ.

 

 

 

 

En 1969, Peter Max baignait dans la contre-culture, et il réalisait alors des affiches aux couleurs et dimensions psychédéliques, saisissant par là même l'esprit de ces années 60. C'était lumineux, soyeux, doux, lumineux, tripant, bien entendu, et surtout, cela s'accompagnait d'un message poussant à la réflexion. 

 

Peter Mac réunissait tout à la fois les sphères d'influences de la création occidentale, avec les approches philosophiques ramenées d'Orient, tout en proposant au public une approche nouvelle de la bande dessinée, qui mêlait astronomie, yoga et... psychédélisme. 

 

L'illustrateur, d'origine allemande, se retrouvait dans les chambres des étudiants, sur de grands posters reprenant ses oeuvres - jusqu'à ce que la General Electric ne rachète des droits d'utilisation pour en faire une illustration commerciale. Même Burlington Mills, fabricant de chaussettes, avait eu recours à cet art. 

 

Mais revenons en 69, où l'American Library Association demande à Max de réaliser l'affiche de la National Library Week. « Soyez tout ce que vous pouvez être. Lisez. » Le message est visuellement daté, mais écho pourrait résonner encore quelques dizaines d'années sans prendre une ride.

 

via Open Culture