La politique, cet art de ressusciter les auteurs morts, même depuis 200 ans

Victor De Sepausy - 02.08.2017

Zone 51 - Insolite - Andrea Leadsom Angleterre - parti conservateur boulette - Jane Austen resurrection


Desproges nous l’a pourtant bien dit : « On peut vivre sans la moindre forme de culture. » Exact. Mais en devenant personnage public, les petites erreurs qui font notre humanité deviennent vite flagrantes. Ainsi, Andrea Leadsom, membre du gouvernement britannique, a offert un fou rire au peuple de Sa Majesté.



 

 

Ah, on se souviendra longtemps, pour l’exemple, de cette ministre de la Culture qui n’avait jamais lu de livre de Patrick Modiano. Une déclaration survenue alors même que le romancier recevait le prix Nobel de littérature. Pas évident. Mais entre n’avoir pas lu un auteur et en faire revenir une autre d’entre les morts, il y a un gouffre. Ou alors une pratique assidue et régulière de la magie noire.

 

Andrea Leadsom est actuellement au gouvernement, membre du parti démocrate et financière de profession. Le 20 juillet dernier, avec une stupéfaction empreinte du flegme britannique, elle découvrait le nouveau billet de 10 £. Mark Carney, gouvernement de la banque d’Angleterre, avait présenté la conception dudit billet à la cathédrale de Winchester, où Austen fut enterrée, en 1817 – elle avait 41 ans. 

 

Comme il se doit, la politicienne a donc tenu à saluer la romancière, qui prête son visage au fameux billet. Croquignolesque : 

 

 

« Jane Austen qui sera à l’affiche de notre billet de dix livres, dont je pense qu’elle est l’un de nos plus grands auteurs vivants. » Si fait : vivant. Évidemment, elle s’est rapidement reprise, en voyant que les autres députés ont décoché un léger rictus. « L’une des plus grandes auteures, de tous les temps », reprend-elle. 

 

« L’une des plus grandes auteures de tous les temps », poursuit-elle, « et je trouve fantastique que nous commencions à le reconnaître – eh bien je pense que nombre d’entre nous aimeraient probablement qu’elle soit toujours en vie – et je partage en tout point ce sentiment ».
 

Sherlock Holmes et Harry Potter, ambassadeurs anti-Brexit du Royaume-Uni


Un lapsus qui a évidemment fait hurler de rire la toile britannique – et bien au-delà. La librairie Waterstones est probablement celle qui l’a le moins ratée : 

 


 

L'année où l'on commémore le bicentenaire de la mort d'Austen, la boulette fait tout de même plaisir...