La presse jeunesse radioactive avec des publicités pro-nucléaire

Clément Solym - 06.03.2009

Zone 51 - Insolite - presse - jeunesse - radioactive


Quand l'Areva fait sa pub dans la presse jeunesse, l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité sort sa panoplie anti-radiations. Car Sortir du nucléaire, réseau de 840 associations a porté plainte contre les différents journaux, dans lesquels on trouvait des mentions où ne figurait pas le titre publicité ni communiqué, contrairement à la procédure légale.

Ainsi, Sciences et Vie Junior, Images Doc, Mon Quotidien, L'Actu et Milan Presse, pour Clés de l'Actualité et Clés de l'Actualité Junior se retrouvent sur le banc des accusés. Selon Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau, « les enfants pouvaient penser que si leur journal préféré travaille avec Areva, c'est que le nucléaire n'est pas mauvais ». De là, une publicité qui se dissimule, et que les magazines cautionnent, estime-t-il.

Selon l'article 18 du code de déontologie international, « la communication de marketing ne doit pas exploiter l'inexpérience ou la crédulité (des enfants ou des adolescents) », les lecteurs doivent pouvoir distinguer - et rapidement dans le cas de la presse jeunesse - ce qui est publicitaire de ce qui ne l'est pas.

Pourtant, l'Areva bougonne et considère qu'elle n'a pas enfreint la loi, en ayant recours à des polices différentes, un logo qui diffère légèrement de celui de l'entreprise, et du fait que l'on puisse lire « publi-information, écrite chaque fois de façon très claire ». L'AFP qui a contacté le groupe rapporte que dans Science et Vie Junior, la mention « Areva l'énergie au sens propre » dans un carré particulier témoigne de cette distinction.

La décision de l'ARPP sera connue dans une dizaine de jours. Toutefois, il est à noter que seuls Images Doc, Sciences et Vie Junior et Milan Presse, furent aujourd'hui entendus pour leurs parutions de décembre. Lesquelles ont depuis été arrêtées...