Le karaoké littéraire : ces chansons qui mettent les auteurs sens dessus dessous

Clément Solym - 29.07.2016

Zone 51 - Insolite - karaoké littérature auteurs - chansons livres littéraire - écrivains karaoké lecture


Le plaisir secret du bibliophage reste de profiter de ses lectures, avec un fond sonore finement choisi. Quelques albums, qui accompagneront l’aventure, casque sur les oreilles en plein air, ou sur un canapé, les jours de temps gris. Mais son secret le plus inavouable, c’est de mixer ces plaisirs avec un karaoké littéraire. Et pour ce faire, ActuaLitté vous propose une étonnante sélection.

 

3

Glenn Tremblett, CC BY 2.0

 

 

Bien entendu, tout lecteur connaît quelques chansons qui comportent de manière évidente une allusion à un écrivain. Interprétée par Johnny Hallyday, Quelque chose de Tennessee, qui fait référence à Tennessee Williams, dramaturge américain, et auteur du célébrissime Un tramway nommé désir. 

 

De même, La chanson de Prévert, de Serge Gainsbourg, s’amuse avec les feuilles mortes que Prévert composa avec Joseph Kosma, et qui fut écrite pour Marcel Carmé, et fredonnée par Yves Montand pour le film Les Portes de la nuit.

 

Plus près de nous, À l’arrière des taxis de Noir Désir (1989), fut un clip puissant, où l’on passait en revue les carnets Moleskine, toujours assimilés aux écrivains, mais surtout le couple Lili Brik et Vladimir Maîakovsky. Lui fut un poète russe, et elle était la sœur d’Elsa Triolet, qui fut la compagne d’Aragon... Tout cela était aussi bien érotique que créatif et poétique...


Voici une sélection de chansons totalement inédites (voire farfelues), qui pourraient accompagner des lectures à venir, inspirer des livres encore à écrire, au croisement de la chanson française et des auteurs les sensibles.

 

Le karaoké littéraire, musique et auteurs en folie

 

 

Message (Saint John) Perse-onnel, de Françoise Hardy – ça, c’est un futur titre dans les vents !

 

 

Je suis venu te Diderot que je m’en vais, Serge Gainsbourg. Nul doute que le philosophe et l’artiste auraient pourtant eu beaucoup à se raconter. 

 

 

Couleur menthe Boileau, par Eddy Mitchel. Ce sera toujours préférable, pour un ancien des chaussettes noires, que de boire la tasse...

 

 

Ma plus belle Beauvoir d’amour, c’est vous, de Barbara. Une chanson à laquelle on rêve de s’abreuver d’un féminisme passionné, évidemment.

 

 

Paris sous les Nothomb, aurait pu être un succès faramineux du groupe NTM. Simplement, ce jour-là, il pleuvait, et pour des raisons personnelles, les deux rappeurs ont opté pour la Métaphysique des tubes de peinture, plutôt qu’en aérosol.

 

 

 

Les Lacs du Connem-Aragon, de Michel Sardou étaient pourtant promis à une belle carrière. Probablement trop de canard pour enregistrer correctement.

 

 

Il jouait Du Bellay debout : France Gall partait alors à la défense et l’illustration de la langue française, quoi de plus logique que de puiser l’inspiration auprès des meilleurs ?

 

 

Il Rabelais d’avoir 18 ans, une chanson que, selon les témoignages, Dalida aurait interprétée en duo avec Grandgousier, doté d’un fameux organe...

 

 

La Chanson des vieux Saint-Amant, même si l’on n’a aucune preuve que Jacques Brel, depuis son plat pays ait pu lire la prose de Marc-Antoine Girard de...

 

 

Jean-Paul Sartre

David Numeritos, CC BY 2.0

 

 

Puisque tu Sartre, de Jean-Jacques Goldman, dont on sait toute l’affection qu’il porte à l’idée que l’existentialisme soit un humanisme. 

 

 

La groupie de Jean-Baptiste, que Michel Berger fredonnait, paraît-il, à chaque fois qu’il assistait à la représentation d’une pièce de Molière. 

 

 

Pour que tu m’aimes (en)Corneille : Céline Dion et Pierre partageaient un certain sens de la dramaturgie, sauf que le second ne confiait pas l’écriture de ses pièces à Goldman...

 

 

Si tu vas Marivaux : Dario Moreno entretenait, c’est connu, un goût prononcé pour le théâtre, principalement pour les opérettes, où il donnait la pleine mesure de son organe... Qui sait ce qu’une représentation à Rio aurait donné ? 

 

 

Salade d’Urfé, où les personnages aux cheveux longs d’un romancier prolixe à cheval sur les XVIe et XVIIe siècle, croise la gourmande tendresse et les mimiques de Bourvil. 

 

 

 

Le Kessel est mort ce soir : Henri Salvador n’ignorait certainement pas que le plus célèbre roman de Joseph s’appelle Le Lion, paru en 1958 chez Gallimard. Salvador reprenait lui une chanson de Solomon Linda de 1939, et la chanta à partir de 1962. 

 

 

D'autres idées, que nous aurions oubliées ?