Le marque-page en papier Registre ReLIRE, pour lire ses futurs ebooks

Nicolas Gary - 23.03.2014

Zone 51 - Insolite - marque-pages - oeuvres indisponibles - registre ReLIRE


Au cours de la conférence concernant le registre des oeuvres indisponibles, ou ReLIRE, démonstration a été faite que la base de données était entrée de plain-pied dans un internet moderne : charte graphique légèrement retouchée, avec du gris d'un côté et du bleu de l'autre. Et conscientes que la communication continue de poser quelques problèmes, les autorités, dans un élan d'imagination fulgurant ont cédé à l'appel de la vitalité. Démonstration. 

 

 

Registre ReLIRE

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Il fallait y penser, et le Salon du livre est bien le lieu par essence : pour communiquer facilement et diffuser un message, rien ne vaut un marque-page, que le lecteur va choyer et chérir, au fil de sa lecture. Un marque-page imprimé, qui s'adresse aux auteurs, ayants droit et éditeurs, à qui l'on doit reconnaître une esthétique… très personnelle. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, certes, mais là, tout de même…

 

Rappelons, pour savourer au mieux la douce ironie de cet investissement, que ReLIRE est un projet à travers lequel on va numériser des ouvrages indisponibles à la vente, encore sous droit, et publiés au XXe siècle. Et qui seront donc commercialisés au format numérique. En livre numérique. Des ebooks, quoi.

 

Et quoi de plus pertinent, pour accompagner la lecture de livres numériques, qu'un marque-page en papier ? Pourquoi ne pas inventer le DRM pour livre papier ? AH, diable : nous l'avions déjà fait, en avril dernier…