Le poète de Wimbledon : Falla, chasseur de prime épique de Federer

Clément Solym - 26.06.2010

Zone 51 - Insolite - poete - Wimbledon - rencontres


Le tournoi de Wimbledon a débuté et avec lui le travail de héraut que le poète Matt Harvey doit quotidiennement entreprendre. Plus qu'un commentateur sportif, il sera sur tous les coups, les revers et les smashs, de ces deux semaines de pur tennis. Matt Harvey est le poète officiel de Wimbledon.

Ses premiers mots écrits frisent l'onomatopée :
Bounce bounce bounce bounce/ thwackety wackety zingety ping/ hittety backety pingety zang/ wack, thwok, thwack, pok.
Mais lui y voit plutôt un poème générique de tennis. « Je l'ai fait subir à quelques personnes de Henman Hill ce matin », plaisante-t-il. Comme la bouteille de champagne est déjà offerte, il ajoute simplement qu'il est inclus dans le prix du billet.

« Il y a une longue liste de choses que je voudrais couvrir : les arbitres, les ramasseurs de balles et les ramasseuses, le lierre de Boston, les files d'attente », reprend Matt. Avec son pass, il a accès à tout, « techniquement, je peux presque lire dans leurs pensées ». Avec tout de même quelques désirs cachés : rencontrer Martina Navratilova et John McEnroe...


Et cependant, quelques rencontres faites par notre poète donnent à l'ensemble de son travail, une couleur inattendue : le chef jardinier lui a par exemple fait un exposé sur la tradition ésotérique des courts... Avec aussi quelques temps très forts. La rencontre entre Roger Federer et Alejandro Falla avait des notes d'affrontement épique, option western : « J'ai cette image de Falla comme chasseur de prime, avec un avis de recherche sur Federer dans la poche. »

Des images étonnantes, et sûrement une vision inédite du tennis et de la compétition. Et puis, il y aura le temps des jupettes des joueuses féminines.... Même si le temps passé à écrire n'est peut-être pas assez important, le poète jouit et profite de toute l'attention qui lui est donnée. « J'ai eu plus de contact au cours de ces deux derniers jours que je n'en ai eu durant toute ma carrière... »

Avec un texte par jour, Matt a tout de même un sacré boulot.

Crédit photo : Wimbledon