Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Typomatic, de la “poésie à 2 mi-mots”

Bouder Robin - 21.06.2017

Zone 51 - Insolite - jeu de mots - combinaison de mots - compagnie de spectacle


C'est une bien étrange cabine dans laquelle la compagnie de spectacle ALIS propose au visiteur de pénétrer sur les différents salons où elle se déplace. Pas de machine à voyager dans le temps ou d'un quelconque photomaton, mais un robot qui transforme les mots : le Typomatic.

 


Typomatic (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Les curieux tapent un mot de départ sur un écran et font face à toute une série de mots qui peuvent s'y associer — et la liste est bien plus longue qu'on ne pourrait le penser. La combinaison est imprimée par la machine en un « typoticket », petit papier qui par une astucieuse méthode de pliage révèle le court poème réalisé.

 

L'idée, originale, vient du metteur en scène Pierre Fourny, amateur de jeux de mots et de langue qui, dès le début des années 2000, a commencé à la développer. La « poésie à 2 mi-mots », comme il la nomme, consiste à jouer avec la forme et la police des mots pour en associer deux. Et la technique fonctionne, comme par magie, avec n'importe quels termes ! Un système ingénieux dont Pierre Fourny a gardé le secret jusqu'en 2013.

 

Depuis 4 ans, la compagnie ALIS s'attache à rendre public ce procédé, en collaboration étroite avec l'agence de design d'interaction Buzzing Light. Certaines bibliothèques disposent à présent d'un Typomatic... y compris aux États-Unis, où l'université Rutgers, à Camden (New Jersey) vient d'installer sa propre cabine, adaptée en langue anglaise. D'autres cabines sont destinées à voyager pour se rendre sur des salons ou des foires, comme la semaine dernière Porte de Versailles, au 63e Congrès de l'ABF, à la rencontre d'un nouveau public.
 

“La création artistique automatisée touche à l’essence même de notre identité”

 

Et comme une démonstration vaut mieux qu'un long discours, la compagnie a mis en ligne un site internet permettant d'expérimenter cette « poésie à 2 mi-mots », et de partager sur les réseaux sociaux ses propres combinaisons.
 

<

>