Le Vatican inquiet que l'on fasse un autodafé avec le Coran

Clément Solym - 08.09.2010

Zone 51 - Insolite - bruler - coran - vatican


Coran continu, ou Coran alternatif, toujours est-il que de vouloir brûler le livre sacré des musulmans s'apparente à du grand n'importe quoi. Tout particulièrement pour célébrer la commémoration des attentats du 11 septembre 2001.

Et si l'on ne les attendait pas vraiment, ce sont les troupes du Vatican qui ont tiré la sonnette d'alarme, en pointant l'intention du pasteur Terry Jones du Dove World Outreach Center situé à Gainesville, en Floride. « Nous allons brûler le Coran, à la mémoire des victimes frappées lors du 9/11 et prendre position contre le mal qu'est l'islam. L'islam est le diable », avait-il annoncé avec pour promouvoir ce grand feu de joie, une page Facebook dédiée à cet événement. (notre actualité)

La Vatican vaticine

Mais le souverain pontife s'est manifestement ému de cette décision imbécile - pas ému en ces termes, en tout cas - et le conseil pontifical vient de communiquer officiellement son point de vue. Évoquant un geste qui serait « une grave offense envers un livre considéré comme sacré par une communauté religieuse », le dicastère de la Curie romaine est particulièrement préoccupé par cette idée saugrenue.

Certes, les attentats du 11 septembre sont des actes d'une violence déplorable, mais comment envisager une seule seconde que de brûler des livres sacrés puisse être perçu autrement que comme un appel à la haine ? Cité par l'AFP, le Conseil souligne toute l'indigence de cette idée : « Chaque religion avec ses livres sacrés, ses lieux de culte et symboles, a droit au respect et à la protection. »

Ne faites pas les cons !

Il relève donc du respect des croyances, des convictions et de la « dignité des personnes » que de ne pas mettre à exécution ce projet. « Tous les responsables religieux et tous les croyants sont appelés à renouveler leur ferme condamnation de toute forme de violence en particulier celle commise au nom de la religion », ajoute-t-on.

Du côté de l'armée américaine, le général David Petraeus avait également réagi : « C'est précisément ce genre d'action que les talibans utilisent et il pourrait générer d'importants problèmes. Pas seulement ici, mais partout dans le monde dans lequel nous nous sommes engagés aux côtés de la communauté musulmane. »