Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Leila Slimani veut écrire “le plus grand roman français de fantasy”

La rédaction - 01.04.2017

Zone 51 - Humour - Leila Slimani fantasy - France fantasy roman - éditions Bragelonne fantasy


La romancière star, lauréate du prix Goncourt, a fait trembler le Landerneau : en décidant de délaisser le roman réaliste, au moins pour un temps, elle a annoncé que son prochain ouvrage s’inscrirait dans la famille de la fantasy.

 

Leïla Slimani - Librairie Decitre à So Ouest

Leila Slimani – ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« En recevant le prix Goncourt cette année, je me suis aperçue que cette récompense s’était éloignée de ses intentions premières. Qui se souvient que le premier livre salué par les créateurs était un livre de science-fiction ? Ce que l’on appellerait aujourd’hui du mauvais genre... », explique Leila Slimani. 

 

Mais pourquoi la fantasy ? « Simplement parce que cela signifie imagination, en réalité, et que j’aime imaginer et raconter des histoires. Je veux que ce soit le plus grand roman français de fantasy. »

 

Pour ce faire, elle a opté pour la maison Bragelonne, manifestement inspirée par l’arrivée récente de Pierre Bordage. Le romancier a en effet signé pour un diptyque, Arkane, dont le premier tome La désolation, vient de paraître.

 

Selon l’éditeur, Stephane Marsan : « Le projet de Leila est à la fois complexe et méticuleux : des premières pages qu’elle nous confiées, ressort une fluidité évidente, et un goût pour l’aventure. Ce sera une grande saga, assurément. On y retrouve quelque chose Jean-Philippe Jaworski et Jean-Louis Fetjaine : il est évident que la trilogie connaîtra un beau succès. »

 

Les références sont plaisantes et plutôt flatteuses. Alors, des elfes, de la magie, des dragons ? « Peut-être tout cela et bien d’autres choses encore », sourit Leila Slimani. Il faudra patienter septembre 2018 pour le savoir. 

 

 

mise à jour 18h50 : 

Evidemment, en cette journée de 1er avril, les poissons sortent la tête de l'eau, et les meilleures choses ont une fin : gageons qu'un ouvrage de fantasy de la sorte aurait contenu bien des écailles, mais certainement pas de dragon !