Les (ani)croches de la machine à écrire des partitions musicales

Clément Solym - 22.01.2019

Zone 51 - Insolite - machine écrire musique - machine écrire partitions - partition notes musique


Le numérique a évidemment tout changé, sans avoir inventé la roue. Dans le domaine des partitions musicales, l’écriture de notes sur une portée a bénéficié de la même innovation que la rédaction. En effet, en 1936, Robert H. Keaton adapta la machine à écrire pour en faire un engin à même d’aider les compositeurs.



Le premier brevet déposé en 1936 pour la Keaton Music Typewriter ne contenait que 13 touches. Mais en 1953, l’inventeur améliore son concept avec 33 touches. Keaton ne fut cependant pas le premier à envisager cette solution d’écriture.

En effet, le tout premier brevet pour une machine à écrire des notes remonte à 1885 : Charles Spiro avait imaginé une sorte de grosse machine à coudre, ouvrant la voie à d’autres créateurs. F Doglibert, lui, produisit en 1906 un engin ressemblant à une machine de gravure...

En comparaison, le modèle inventé par Cecil S. Effinger s’approchait plutôt de la machine à écrire d’IBM avec son clavier QWERTY. Voyez plutôt : 



Le modèle de Keaton coûte aujourd’hui quelque 12.000 $, parce que l’on ne compte plus qu’une vingtaine de ces appareils encore en circulation. Le fait est que, malgré la bonne idée, le projet fut commercialement un échec, quelles que soient ses déclinaisons. Dans les années 50, elle était vendue pour 225 $...

En réalité, si l’on projetait de faire en sorte que les musiciens puissent plus rapidement et efficacement composer, le procédé était bien trop laborieux pour parvenir à leur faciliter la vie. 


Le brevet déposé en 1934

 

Si la machine à écrire connut le succès qu’on lui sait avec le temps, les tentatives pour produire un modèle adapté à l’écriture musicale furent en somme des ratages. Et si la Keaton est un instrument vintage particulièrement appréciable pour un cabinet de curiosités, c’est surtout l’outil le plus impraticable qui soit. 
 

via Boing Boing, Music printing history, Open Culture


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.