Les biens de Julien Gracq vendus à Nantes : 'Un témoignage précieux'

Clément Solym - 29.09.2008

Zone 51 - Insolite - Julien - Gracq - enchères


Des lettres, principalement, celles reçues de Max Ernst ou Magritte, voire André Breton ou de l'éditeur José Corti, qu'il ne quitta jamais, mais également des ouvrages dédicacés ou tout ce appartint à l'écrivain Julien Gracq sera vendu aux enchères à Nantes, le 12 novembre prochain.

L'écrivain décédé le 22 décembre 2007, qui, selon le président, « loin des modes et des cercles mondains, a construit une pensée originale et une oeuvre puissante » connaissait une seconde postérité à travers la maison de Saint-Florent-le-Vieil, où il s'était retiré. Aujourd'hui, cette bâtisse, qu'il souhaitait voir devenir une maison des écrivains pose d'épineux problèmes à la Région et au conseil général.

Il s'agit là des différents objets qui occupaient son appartement du 61, rue de Grenelle, et qui s'accompagneront de mobilier et de tableaux. « Un témoignage précieux » estime donc l'hôtel des ventes Couton-Veyrac en charge de ces enchères.

Rappelons que les manuscrits ne feront pas partie du lot, puisque la Bnf en est la légataire et devrait les recevoir le 16 octobre prochain. Pour l'heure, pas d'estimation donnée sur la valeur de ces biens, parmi lesquels on comptera des originaux ou encore des lithographies.