Les écrivains russes, une certaine diversité dans la morosité

Antoine Oury - 01.12.2014

Zone 51 - Insolite - littérature russe désespoir - infographie écrivains - suicide adultère alcoolisme


C'est un fait connu, et une sorte de stéréotype littéraire : la production russe serait particulièrement déprimée, surtout au XIXe siècle. Mais les causes de la morosité sont nombreuses, et variées : Julia Livshin, journaliste indépendante, et Oliver Munday, designer pour Alfred A. Knopf et directeur artistique chez Pantheon Books, ont réalisé une infographie panorama pour le New York Times.

 


Maris insatisfaits, tentatives de suicide, ratées ou réussies, adultères, empoisonnement, alcoolisme, pauvreté... Les raisons de désespérer ne manquent pas, que l'on ouvre Le Maître et Marguerite, de Boulgakov, Ada de Nabokov ou Anna Karénine de Léon Tolstoï.

 

Certains auteurs, comme Dostoïevski ou Tchekhov, ne vont pas voir leur réputation s'améliorer : le premier apparaît 8 fois dans les différentes catégories de l'infographie, et le second 13 fois. Les auteures ne sont pas en reste, avec la présence de Ludmila Petrouchevskaïa, Alina Bronsky ou Tatyana Tolstaya, qui poursuit donc une sorte d'expertise familiale.