Les incipit les plus fameux de la littérature sur cartes perforées

Antoine Oury - 19.07.2014

Zone 51 - Insolite - cartes perforées IBM - incipit de la littérature - kloth.net


Le livre numérique n'était peut-être pas à l'ordre du jour au début des années 1930, mais les cartes perforées alors brevetées par IBM, ou cartes à 80 colonnes, allaient révolutionner le stockage d'informations. Des caractères alphanumériques imprimés, et traduits par des perforations sur des cartons bristol permettent de convertir tout type de contenu. 

 


« Call me Ishmael », première phrase de Moby Dick, Herman Melville

 

 

Les cartes perforées ont été remises au goût du jour par le site kloth.net, qui propose un outil pour créer son propre modèle, à partir d'un texte. Il est même possible de définir le code utilisé, du DEC-029 à l'IBM-EBCDIC : bon, pour déchiffrer à nouveau le texte, il faudra toutefois imprimer la carte, et surtout, disposer d'un ordinateur BINAC, ou de quelque chose d'approchant...

 

Comme les cartes bristol originales, le coin supérieur gauche est coupé, une méthode utilisée pour placer la carte perforée dans le bon sens.

 

 

Charles Dickens, A Tale of Two Cities

 

 

 

Du côté de chez Swann, Marcel Proust

 

 

 

Jacques le fataliste, Denis Diderot

 

 

Pour le fun

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.