Les intellectuels d'Argentine ruent contre Mario Vargas Llosa

Clément Solym - 02.03.2011

Zone 51 - Insolite - vargas - llosa - argentine


Mais qu'a-t-il encore fait, le prix Nobel de littérature ? Avant même l'inauguration de la Foire du livre de Buenos Aires, Mario Vargas Llosa se fait remarquer, sur fond de polémique - alors que des intellectuels du pays ont réclamé qu'on annule son invitation.

Horacio Gonzalez, directeur de la Bibliothèque nationale d'Argentine, a ainsi brossé un portrait peu reluisant de Llosa. Un libéral « autoritaire », qui adopte des postures politiques agressives, et dont la présence est un exercice de provocation. « Je souhaiterais qu'il ne soit pas invité », assure-t-il à la presse.

Le directeur ne supporte pas beaucoup plus la manière dont le Nobel exprime ses idées, rejoint sur ce point par le secrétaire d'état à la Culture, Jorge Coscia, qui le considère comme « un ennemi des industries culturelles ». Rien que ça.

Et la rafale d'attaques des intellectuelles n'a pas tari. Notamment en raison des attaques lancées par Vargas Llosa contre la présidente Cristina Kirchner - une sorte de levée de boucliers s'est opérée pour prendre sa défense.

C'est que, Mario n'y est pas allé de main morte : ses déclarations dans la presse sont houleuses. « L'Argentine traverse la pire forme de péronisme, de populisme et d'anarchie. Je crains que ce ne soit un pays incurable », clame-t-il, avant de conclure sur la présidente, vue comme « un désastre total ».

Mais il ne s'arrête pas là : pour lui, la présidente et son mari sont « des capitalistes exemplaires, qui ont réussi à multiplier par sept leur capital ». Et ce, sans parler de la médiocrité intellectuelle de Cristina, à un poste de présidence qui avait rarement atteint de niveau « de pauvreté intellectuelle ».

Bon, il se serait agi de Nicolas Sarkozy, personne n'y aurait vraiment trouvé à redire. Mais qu'un invité d'une Foire du livre descende en flamme la présidente du pays qui l'accueille, même si c'était Sarko, ça passerait mal.

Jorge Coscia approuve cette prise de position des intellectuels du pays : après tout, c'est aussi leur rôle. Mais le pays n'invite pas l'homme politique : c'est l'écrivain, et prix Nobel qui est mis à l'honneur. Et surtout, il s'agit de la première fois qu'un Nobel inaugure la Foire du livre de Buenos Aires.

Au point que deux inaugurations sont prévues, le 20 et 21 avril, pour éviter que le Nobel ne croise la présidente...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.