Les machines à écrire deviennent des cyborgs artistiques

Clément Solym - 04.09.2008

Zone 51 - Insolite - machine - écrire - cyborgs


Jeremy Mayer porte une affection tout à fait personnelle et très particulière - ou inversement - aux machines à écrire. Au lieu de taper dessus comme aurait fait tout écrivain ou rédacteur, il les désosse, pratique rudement cruelle, les démembres, et joue avec au professeur Frankenstine, pour leur offrir une nouvelle vie.

Donnant d'apparents visages humains à ces cyborgs, croisant entre des croquis de Léonard de Vinci et un film de Terminator V, non encore sorti, ces assemblages de colle (il n'apprécie pas la soudure), de touches et de métal, il a besoin pour assouvir ce vice d'apprenti démiurge d'une quarantaine de machines et de 100 heures de réalisation pour que naissent ces créatures.


Des formes humanoïdes lascives, des bêtes sorties d'un cauchemar de Philip K. Dick, vraiment le genre d'endroit où l'on n'aime pas passer du temps, dans le genre 'Le Dieu venu du centaure', on s'extasiera sur ses créations autant qu'on le souhaite.


« Je démonte des machines à écrire et les remontent en grandeur nature, leur donne un visage humain anatomiquement correct. J'ai commencé à travailler avec des machines à écrire en 1994, alors que je vivais dans une petite ville de l'Iowa. [...] Bien qu'elle soit faite de métal froid créé par les hommes, la machine à écrire est tout autant un matériau naturel comme la pierre ou le bois. »

Le reste est à découvrir...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.