Les nouveaux employés d'Amazon au Japon sont...des chèvres

Lauren Muyumba - 10.07.2013

Zone 51 - Insolite - Chèvres - Amazon - Japon


Le géant de l'e-commerce Amazon s'est implanté au Japon en l'an 2000. Mais un nouveau besoin de personnel, qui n'était pas initialement prévu, est survenu : employer un troupeau de chèvres. La stratégie de management vise à tisser des liens avec les fermiers locaux afin de conduire les chèvres vers les installations du groupe commercial. Une initiative écologique ayant pour but d'entretenir le terrain du siège social japonais.

 

 

Return of the Google Goats

Jennifer Morrow_CC BY 2.0

 

 

Amazon Japon, quatrième filiale du géant américain, s'attache à se moderniser, même si à première vue, les chèvres rappellent des pratiques ancestrales. Une fois par semaine, les animaux devront s'employer à manger l'herbe, selon le site Japonais Doshin Web, afin de faire disparaître les mauvaises herbes.

 

Et ce n'est pas tout, les chèvres auront leurs propres ID (identity designed). En 2009, Google avait inauguré cette pratique quelque peu loufoque, en étant l'un des premiers distributeurs de taille à donner des ID à du bétail. Un porte-parole de Google a d'ailleurs réfuté toute visée purement économique : ce ne serait pas pour abaisser les dépenses, mais uniquement pour adopter une conduite responsable à intérêt environnemental.

 

Les chèvres contribueraient à réduire les émissions de gaz dues au matériel utilisé pour entretenir la pelouse. Certes, brouter l'herbe est plus naturel que l'utilisation de produits pour fertiliser la terre. Dan Hoffman, responsable des services liés au cadre de travail chez Google, s'était justifié non sans humour: « Cela nous coûte environ la même somme que le fauchage, et les chèvres sont beaucoup plus mignonnes à regarder que les tondeuses à gazon ».

 

Drôle, mais pourtant pas si rare. D'autres entreprises privées ou publiques, telles que les municipalités, emploient depuis plusieurs années du bétail pour l'entretien des pelouses. Il suffit d'ouvrir les yeux à Paris pour voir certains espaces verts occupés par des chèvres.