Les scientifiques jouent aux geeks : l'octarine de Pratchett, 117e élément

Nicolas Gary - 11.01.2016

Zone 51 - Insolite - Thierry Pratchett - Disque monde


Dans le spectre magique tel que l’a défini Terry Pratchett, l’octarine est la huitième couleur. Chiffre magique associé à une couleur inédite – « sorte de jaune pourpre verdâtre fluorescent », il n’en fallait pas plus pour émouvoir la communauté scientifique. Ou du moins, tenter de l’amadouer. Et le docteur Kat Day, chimiste et grand fan de l’œuvre de Pratchett s’est mis en devoir de lui rendre hommage. 

 

iPhone 6 plus - iBooks

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Une pétition : après celle qui réclamait à la mort de rendre Terry Pratchett parce que les blagues les plus courtes sont toujours les meilleures, une autre débarque. Expédiée directement à l’Institute for Nuclear Research, elle propose de nommer Octarine le 117e élément chimique, à ce jour baptisé ununseptium, en raison de son numéro atomique. Pas très glamour.

 

Dévoilé en mai 2014, l’élément 117 est un nouvel atome considéré comme 40 % plus lourd que le plomb. Pas très flatteur pour la prose de Pratchett ? Au contraire : pour les références scientifiques que l’on retrouve à travers ses romans, la communauté scientifique pourrait bien mettre un grain de folie. 

 

Avec 70 millions de livres vendus à travers le monde, des traductions en 37 langues, Pratchett est une idole. Quant à l’Octarine, « dans les livres du Disque-Monde, elle est connue comme “la couleur de la magie”, et forme aussi le titre du tout premier livre du Disque-Monde de Pratchett. Selon la mythologie du disque, l’Octarine n’est visible que par les sorciers et les chats ». 

 

Or, en raison de sa couleur, poursuit Kat Day, l’octarine serait tout à fait adaptée au tableau périodique pour désigner l’halogène découvert. D’autant plus que l’octarine est un concept qui répond aux règles de l’IUPAC : les éléments doivent en effet être nommés en vertu d’un concept ou d’un d’un personnage mythologique, d’un minéral, d’une substance similaire, un lieu ou une région géographique.

 

L’Octarine deviendrait alors le symbole 117, Oc – à prononcer « Ouk ».  

 

A lire : Tous les geeks ne sont pas des voleurs

 

Les scientifiques savent parfois faire preuve d’humour. Des chercheurs avaient découvert Cthulhu, le monstre inventé par Lovecraft, au fond de l’estomac de termites. Il avait été convenu que le nom de la créature serait alors celle du Grand Ancien qu’avait conçu l’esprit malade du romancier. 

 

Pour ce qui est de la pétition Pratchette/Octarine, on la retrouvera ici, et elle compte déjà 41.891 soutiens en l’espace d’une petite semaine.