Mediator : finalement, il vaut mieux consulter son médecin

Clément Solym - 16.11.2010

Zone 51 - Insolite - mediator - coupe - faim


Le laboratoire qui était à l'origine de ce produit prétexte des allégations fondées sur des suppositions. Le Mediator, un antidiabétique, serait à l'origine de 500 à 1000 décès...

Commercialisé dès 1976, le médicament aurait alors entraîné l'hospitalisation de 3500 personnes, mais il est retiré de la commercialisation depuis un an. Or, depuis peu, l'AFSSAPS vient de dévoiler que des milliers de personnes sont concernées par leur avertissement. Toute personne qui ont absorbé ce médicament plus de trois mois doit impérativement consulter un médecin.

« Il y aura un envoi de lettres par la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) à tous les patients ayant plus de trois mois de traitement. On leur recommandera d'aller voir leur médecin traitant, et si le médecin repère qu'ils ont un souffle cardiaque, il les enverra vers une consultation de cardiologie », explique Jean Marimbert, directeur général de l'AFSSAPS.

Et d'ajouter : « C'est particulièrement important si la personne a pris le Mediator pendant au moins trois mois depuis janvier 2006. » Tout cela est bien triste, mais que l'on se rassure, le laboratoire Servier ne devrait pas trop souffrir de cette situation, et retomber sur ses pattes sans trop de problèmes.

Laboratoire contre éditeur

Sauf que le laboratoire avait fait un procès à l'éditeur, Dialogues, dont le livre Médiator 150mg, Combien de morts, ne plaisait pas vraiment à l'intéressé. Selon l'avocate, l'assertion « jette le discrédit sur le laboratoire. Peut affoler les populations. Et n’est fondée sur aucune preuve scientifique. » Mieux : « Cette couverture est non fondée et inutilement alarmante », d'autant qu'elle présente « une information inexacte, erronée et dénigrante ».

Charles Kermarec, ce monsieur qui n'aime pas les DRM, avait de toute manière interjeté appel de la décision du tribunal, qui l'avait condamné à retirer de la vente les livres et changer les couvertures.

« C'est un coup très dur pour une jeune maison d'édition. Dès aujourd'hui, on va envoyer des mails à tous les libraires de France pour leur demander de nous renvoyer les exemplaires encore en vente. Ensuite, on va apposer un autocollant noir sur lequel sera écrit sous-titre censuré pour masquer la mention Combien de morts ? sur la couverture attaquée par le laboratoire Servier. » (notre actualitté)