Millenium, le succès ne se démentira donc jamais ?

Clément Solym - 21.08.2008

Zone 51 - Insolite - Millenium - Larsson - saga


La saga Millenium n'en finira donc jamais. Alors que LivresHebdo et Ipsos viennent de rendre public leur classement des meilleures ventes de romans de l'été, on trouve dans les premières places, respectivement 3e, 4e et 5e... les tomes de la trilogie.

Près de 1,7 million d'exemplaires se sont écoulés en France, ce qui montre un engouement impressionnant, que l'on pourrait ainsi résumer : il se vend 4000 exemplaires de l'un des trois livres par jour, en France, selon le JDD. Le succès se confirme d'ailleurs un peu partout, et en Suède, alors que l'on recense 9 millions d'habitants, on compte presque un livre pour trois Suédois...

Bien plus qu'un thriller...

Aujourd'hui, 32 pays ont demandé les droits de publication à la maison Norstedts. Pour Marc de Gouvenain, directeur de la collection polars chez Actes Sud, « Millenium constitue bien plus qu'un thriller, c'est une excellente comédie humaine contemporaine ». La maison française fut la première à faire paraître 'Les hommes qui n'aimaient pas les femmes' hors du territoire suédois, et grand bien leur en prit...

Et d'ajouter que « Larsson a su renouveler le polar, d'ordinaire beaucoup plus glauque avec des psychopathes, du sang partout, la pourriture désespérante de la société. Là, il incarne un journalisme rêvé, une sorte de victoire du Bien contre le Mal, tout en décrivant une société contemporaine qui est la Suède mais qui pourrait tout aussi bien être la France, la Belgique ou n'importe quel pays d'Europe occidentale. »

... pas moins qu'un phénomène

Christine Ferrand, rédac-chef à LivresHebdo voit clair dans la situation : « Il n'y a aucun équivalent, à part Harry Potter. D'ailleurs, comme pour Potter, les ventes n'ont explosé qu'à la parution du tome 3... » En effet, lorsque le tome 3 paraît en France, en 2007, on ne compte que quelque six ou sept pays à avoir franchi le pas de l'édition. Mais là, tout va prendre l'ampleur qu'on lui connaît.

Alors à qui ne profite pas le crime ? Probablement à ceux qui ont laissé passer leur chance d'en être les éditeurs... Et ils doivent se mordre les doigts. Peut-être pour le quatrième tome ?