Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Municipales : La Seine Saint-Denis transformée en Westeros par l'UDI

Antoine Oury - 06.02.2014

Zone 51 - Insolite - Game of Thrones - UDI - Seine-Saint-Denis


En espérant que la destination des bulletins de vote ne se décide pas seulement à la meilleure référence : l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants) de Seine-Saint-Denis a mis en ligne un clip de campagne, pour présenter ses candidats, sur l'air de Game of Thrones, série inspirée des livres de George R.R. Martin.

 

 

 

 

Bon, évidemment, le clip n'est pas aussi fouillé que le générique de la célèbre série. Mais la musique, composée par Ramin Djawadi, est bien là. Reste d'ailleurs à savoir si l'UDI de la Seine-Saint-Denis a contacté l'auteur de la musique pour s'acquitter d'une autorisation, ce que certains partis politiques de France ou d'ailleurs omettent parfois de faire...

 

Le clip présente successivement les différents candidats, dans un médaillon, le tout devant des flammes tout ce qu'il y a de plus épiques... Un peu déçu, toutefois, que chacun n'ait pas pris la peine de se déguiser.

 

L'idée a été suggérée par Stéphane Salini, élu du canton de Drancy, et président du groupe UDI au conseil général du 93. Interrogé par France 3 Paris Île-de-France, il explique : « C'est une série qui plaît aux jeunes. Ça s'adresse à eux alors qu'ils se détournent du vote. La Seine-Saint-Denis est le département le plus jeune de France. Et puis c'est une série un peu politique avec des trahisons et des complots. »

 

Lui-même spectateur de la série, il se risque à faire un parallèle entre les différentes castes et familles de l'univers fantasy, et les partis politiques français : « Il y a une similitude entre la vie politique dans le 93 et la bataille entre les quatre familles du trône de fer. Je verrai bien Claude Bartolone en Tywin Lannister du département et le PC, la famille déchue des Targaryens. Et puis les Marcheurs Blancs, ce serait le FN. Mais nous, on règle l'histoire à coups de bulletins de vote, pas à coups d'épée », termine-t-il.