Nabokov révolutionne l'étude des papillons

Clément Solym - 31.01.2011

Zone 51 - Insolite - nabokov - papillon - chasse


On peut avoir écrit l'un des romans les plus « juvéniles » du XXe siècle, avoir inventé le mythe de la Lolita... et être un passionné de papillons au point d'en avoir fait durant sa vie bien plus qu'une marotte. Mais Vlad' a manifestement révolutionné l'étude de ces insectes, contre toute attente.

Nabokov était un grand chasseur et collectionneur de papillons. Ses efforts pour classer et ranger les lépidoptères collectés pouvaient l'occuper plus de six heures par jour. Au point d'en développer une théorie sur la migration d'un groupe, qui avait donné lieu à une certaine controverse.


Le papillon de Nabokov

L'un d'eux avait particulièrement attiré son attention, le Polyommatus coridon, dit Argus bleu-nacré. Selon Nabokov, la migration de ces insectes s'était faite en cinq vagues depuis la Sibérie, en passant par le détroit de Bering, puis vers l'Alaska, avant d'arriver au Chili.

Une théorie qui avait fait l'objet d'un article signé en 1945 par le romancier, mais que la communauté scientifique regardait alors avec un certain doute. Depuis sa mort en 1977, Nabokov a cependant inspiré des experts en papillonnage, qui sont partis dans les Andes, pour recueillir des spécimens du Polyommatus.

Grâce à des technologies bien plus avancées que celles dont disposait l'écrivain, ces scientifiques ont pu établir le séquençage ADN du papillon... pour en conclure que Nabokov avait raison. Selon leurs conclusions, le détroit de Béring a bel et bien servi de couloir biologique permettant à cette espèce de migrer d'Asie vers le Nouveau-Monde, saluant ainsi « l'extraordinaire intuition biologique » de Nabokov.

Ils ont publié leurs études dans les Actes de la Royal Society of London.

Naomi Pierce, conservatrice de la section Lepidotères au Harvard Museum of Comparative Zoology insiste sur la véritable fulgurance de Nabokov, tout en rendant hommage à la rigueur scientifique de l'écrivain. « Il est très précis », souligne-t-elle. « Il sentait que son travail scientifique était là pour longtemps et qu'il n'était juste qu'un acteur de plus dans une entreprise scientifique beaucoup plus vaste. » (Via Le New York Times)


Crédit photo Wikipedia