Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Nicolas Bedos, une liaison avec Valérie Trierweiler : le livre-canular

Clément Solym - 09.10.2014

Zone 51 - Humour - Nicolas Bedos - Valérie Trierweiler - Merci pour ce moment


Ah on peut dire que l'humoriste a réussi son coup. Invité dans l'émission d'Alessandra Sublet, Un soir à la tour Eiffel, et sous le regard bienveillant de l'écrivain Nicolas Rey, il annonce la publication prochaine, chez Flammarion, d'un livre qui fera l'événement. Les serments déchirés, un titre racoleur au possible, qui ne raconterait rien de moins que sa liaison avec... Vélrie Trierweiler. Scandale ? Non, canular de premier ordre.

 

 

 

Pourtant, c'est bien sur cette supercherie qui a survolté Twitter, que l'humoriste se lance. Le tournage avait lieu la veille de la diffusion, et l'information a fort logiquement fuité, mais incomplète. Mais le net s'enflamme : un livre de révélation, – un autre ! – qui raconterait toute l'aventure qu'il a pu vivre avec l'ancienne compagne de François Hollande. Bien vu. Et pour justifier cette parution, il assure ne pas comprendre que Valérie Trierweiler ne l'ait pas mentionné dans le livre Merci pour ce moment, où elle parle de toute la trahison et du malaise qui a suivi sa rupture. Avec plus de 400.000 ventes, et des dizaines de milliers de téléchargements pirates, le livre est devenu l'événement de la rentrée, salué par Aurélie Filippetti, même

 

 

 

 

Reste que Flammarion s'est donc laissé prendre au jeu, puisque l'animatrice agite bel et bien un exemplaire, dont on ignore ce qu'il contient, aux couleurs de la maison, avec un petit bandeau : le tout est bien organisé. Le Parisien est pourtant allé jusqu'à prendre contact avec l'intéressée, qui a évidemment nié, affirmant que cela relevait de la blague.

 

« C'est une grosse connerie, je me suis permis de te soumettre ce texte, Alexandra, car c'était ma façon à moi de répondre à la peoplisation de la politique que certains nous imposent, ce mélange de totale bouillabaisse entre privée et public, entre le glauque et l'intime », expliquera Bedos dans une séquence de fin d'émission.

 

 

 

Mais voilà, France 2 pourrait ne pas tout à fait apprécier : dans les missions du service public, la promotion aussi gratuite n'est plus vraiment du goût du CSA. En effet, il relève des impératifs de l'antenne de ne pas diffuser des programmes qui sont susceptibles de « nuire à la bonne compréhension » des téléspectateurs, bien entendu. Pour le coup, le buzz est tout de même assuré, sur cette idée que l'humoriste et l'ex-première dame auraient passé 17 mois ensemble.

 

On appréciera, plus ou moins, sans pouvoir nier la réussite.