Plagier plus pour écrire moins, avec Frédéric Lefebvre

Clément Solym - 24.03.2011

Zone 51 - Insolite - lefebvre - plagiat - mieux


Alors comme ça, on publie des ouvrages et l'on s'amuse à reprendre des pans de Wikipedia ? « C’est si amusant de jouer avec les mots des auteurs, d’essayer de se faufiler dans leur langue », explique le secrétaire d'Éta chargé du commerce, de l'Artisanat, des PME, du tourisme et de bien d'autres choses. (via Slate)

Et quand ledit secrétaire se fend d'un livre publié au Cherche Midi, voilà qu'il s'amuse à le signer, certes, mais pas vraiment, avec l'origine de ses sources (quoique parfois), pourtant nombreuses, mais sans avoir l'honnêteté intellectuelle de le reconnaître.

Pris la main dans le sac, voilà que le secrétaire a manifestement remporté la palme, en s'inspirant fortement de Wikipedia, d'une dépêche sortie de l'AFP, mais également de plusieurs autres journaux Ladépêche.fr et Lecourrier.ch. Manifestement, le site d'immobilier Parisrivegaucheimmobilier.com fait aussi partie du lot.

Je marche seul... dans les rues (etc.)

En mars dernier, le directeur de collection qui publie Lefebvre, Arash Derambarsh, expliquait que c'est à force de persévérance qu'il était parvenu à convaincre Lefebvre de publier l'ouvrage. Aujourd'hui, son poulain se fait épingler, et il s'explique : « Sur les 500 pages du livre, quelques références n’ont pas été intégrées. Ces références seront bien évidemment réintégrées lors de la réimpression du livre. » (son site)

Mais pour un livre dont le directeur de collection affirme qu'il a été écrit uniquement de la main de Lefebvre - une première assure-t-il en 10 années de travail éditorial - on peut se poiser quelques questions.


Le mieux est l'ennemi du bien, titre l'ouvrage, mais un des journalistes de Slate.fr n'hésite pas une seconde : « Ca se voit très vite des phrases plagiées, ça n'est tout simplement pas écrit pareil », explique-t-il sur Twitter.

L'un des articles concernant un article sur les ours en peluche, qui tient pour beaucoup de l'article de Wikipedia.


Contacté par ActuaLitté, Floren Gallaire, qui était à l'origine de la version PDF de la Carte et le territoire, publié chez Flammarion, lequel empruntait également à Wikipedia, nous explique que dans le cas présent, le secrétaire pourrait bien voir son livre passer sous licence Creative Common By-SA. « Je n'ai pas moi-même l'intention de m'en charger, mais effectivement, si les mentions à l'encyclopédie ne sont pas effectuées, chose que j'ignore, je n'ai pas vu le livre, alors par contamination, le livre peut être repris, comme pour Houellebecq. »

Eh bien, voilà.