Pornographisme : quand la typographie excite l'oeil et l'esprit

Antoine Oury - 10.05.2016

Zone 51 - Insolite - Pornographisme livre - typographie films pornographiques - typographie affiches films


C'est un projet atypique et inédit, ceux pour lesquels le crowdfunding semble avoir été inventé : le livre Pornographisme propose aux lecteurs de revenir sur une sélection d'affiches de films pornographiques des années 70 et 80. Petite particularité, et non des moindres : en raison d'une loi qui taxe plus lourdement les cinémas pornographiques, les exploitants font profil bas et les affiches sont en berne. Enfin... Pas vraiment, puisque la typographie, le graphisme et les formules-chocs prennent le relais...

 

 

 

On connaissait les pictogrammes pornographiques, on découvre à présent les typographies érotiques : la collecte de fonds proposée sur le site Kiss Kiss Bank Bank financera un projet démesuré porté par Mickaël Draï, Christophe Chelmis, Elsa et Aurélien (La Direction), Christophe Bier, Clarence Edgard-Rosa, Dalya Daoud, Stéphane Duchêne, Brice Domingues et Catherine Guiral, tous lancés dans une tâche de sélection et de présentation de ces affiches méconnues à la fois par les amateurs de typographie et par ceux de pornographie.

 

L'histoire de ces affiches prudes et coquines à la fois commence le 26 juin 1974 avec la sortie, et le succès qui s'ensuit, d'Emmanuelle, film érotique adapté du livre d'Emmanuelle Arsan. Avec 45 millions de spectateurs dont 9 millions de Français, le long-métrage lance une frénésie de productions érotiques. Si la libération des mœurs bat son plein, un retour de flamme conservateur ne tarde pas non plus...

 

Le décret du 30 octobre 1975 puis les articles 11 et 12 de la loi du 30 décembre 1975 mettent en place la « classification X », qui taxe plus lourdement les cinémas spécialisés et les prive de subventions publiques. De la même manière, les affiches doivent désormais se passer de photographies ou d'éléments trop explicites. Les graphistes des années 70 et 80 vont alors rivaliser d'imagination et de créativité pour aguicher sans un seul cm2 d'épiderme...

 

Mickaël Draï et Christophe Chelmis ont découvert ces trésors graphiques en explorant le stock d'un des derniers distributeurs de films indépendants (et pas seulement de pornos), D3 Distribution : « Il fermait ses portes et nous sommes allés voir ce qu'il avait en stock. Quand on est tombé sur ces affiches, on a tout de suite perçu le potentiel graphique », explique Mickaël Draï. Après une exposition l'année dernière au Transbordeur à Lyon et une vente aux enchères d'affiches couronnée de succès, les deux compères ont pensé à un ouvrage pour faire circuler ces affiches.

 

Au total, 8000 affiches de plus de 500 films avaient été récupérées dans les stocks du distributeur. Une bonne partie d'entre elles sont devenues des contreparties. « Nous avons démarché quelques éditeurs, et d'autres nous ont contactés, mais ils nous proposent souvent de recourir à leurs propres équipes de graphistes, ou encore d'imprimer à l'étranger, ce que nous ne souhaitons pas faire. Vu que nous ne faisons pas ça pour l'argent, nous pouvons nous permettre de proposer un bel objet. »

 

 

L'ouvrage sera bien entendu tourné avant tout vers le visuel, mais proposera également plusieurs textes inédits : « Techniques de détournement en milieu hostile », « L’art du hard-crad », « Le champ lexical et la misogynie »... 

 

Le livre contiendra également un appel aux auteurs des affiches, car « le souci, c'est qu'il n'y a pas d'indications des graphistes sur les affiches. Il y avait surtout des mentions d'imprimeurs, mais la plupart sont aujourd'hui fermés, d'après nos recherches », précise Mickaël Draï.

 

20.000 € doivent être collectés en 20 jours pour que le projet arrive à son terme, mais une somme totale dépassée pour bien sûr permettre de proposer un ouvrage encore plus complet...

 

 

Pornographisme, affiches à caractère typographique from La brèche on Vimeo.