Google rend hommage à l'emblème des effets spéciaux , Eji Tsuburaya

Julie Torterolo - 07.07.2015

Zone 51 - Insolite - Eji Tsuburaya - Google - Doodle


Le co-créateur de Godzilla et d’Ultraman, Eiji Tsuburaya aurait eu 114 ans aujourd’hui. Google a décidé de le lui rendre hommage à sa manière : un Doodle animé qui lui est entièrement dédié est disponible sur la page d'accueil du moteur de recherche

 

 

 

 

Eiji Tsuburaya a laissé sa trace dans le cinéma de science-fiction tel que nous le connaissons aujourd’hui. Le japonais né le 7 juillet 1901 et décédé le 25 janvier 1970 est particulièrement connu pour être le créateur d’Ultraman, diffusé en 1966, et avoir participé à la réalisation de Godzilla, sorti en 1954. Il est le précurseur des effets spéciaux. Après de nombreuses années dans le « business de monstre », il a monté son propre studio. 

 

En ayant travaillé sur plus de 250 films (majoritairement pour la société de production de cinéma japonais, Toho), le réalisateur japonais est ainsi considéré comme une figure emblématique des  « Tokusatsu », films truffés d’effets spéciaux. 

 

La créatrice du Doodle, Jennifer Hom, a visité les studios d’Eji Tsubaraya, « Tsuburaya Productions » afin de mieux lui rendre hommage. « Ayant grandi en tant que fan de film, j’ai toujours eu un amour profond pour les Tokusatsu, je suis donc impatiente de trouver un moyen d’attirer l’attention sur l’art de Tsuburaya. C’est fascinant pour moi la manière dont son travail est resté ancré de façon durable — il est facile de voir les influences du style Tokusatsu dans Pacific Rim de Benicio Del Toro, Evangelion, et même les Power Rangers » a-t-elle expliqué. 

 

Pour ce qui est de l’élaboration du Doodle, elle précise l’ampleur du travail : « Après avoir décidé de se concentrer sur le processus de réalisation de films, nous sommes allés travailler l’apparence des monstres eux-mêmes et la construction des tâches rapides que l’utilisateur devait faire ou compléter. Surtout, nous voulions nous assurer que les monstres étaient à la fois charmants et Googley, et que les mini-défis étaient convenablement amusants et frénétiques ! »

 

Le résultat ? Le joueur a un rôle actif dans le Doodle, il doit se mettre dans la peau d’un metteur en scène. Pour plus d’informations sur la création du doodle rendez-vous ici. (Via Begeek et Heavy