Prague : De nouvelles cabines téléphoniques changées en bibliothèques

Julien Helmlinger - 10.01.2014

Zone 51 - Insolite - Prague - Bibliothèques - Cabines téléphoniques


Le boom des téléphones mobiles continue de faire tomber les cabines téléphoniques en désuétude à travers le globe. Après New York, l'initiative Phonebook à Paris, le programme scolaire franco-allemand, BiblioboXX et autres projets, deux jeunes Tchèques ont décidé de proposer des livres au prêt dans les habitacles praguois. Ce jeudi, au sein d'un hôpital de la ville, sera inaugurée la première de cette nouvelle série de réhabilitations en mini-bibliothèques.

 

 

 

 Crédits : Facebook

 

 

Au sein de ces cabines peintes en rouge seront installés des rayons de livres, qui permettront aux patients de l'hôpital IKEM de lire toutes sortes d'auteurs, incluant John Grisham ou John Galsworthy. Comme le confie à l'AFP Monika Serbusova, co-auteure du projet avec son collègue, l'inspiration leur serait venue d'un projet similaire mené en Grande-Bretagne.

 

Pour matérialiser leur idée, il ont pu compter sur l'appui d'un opérateur de téléphonie local, ainsi que l'aide de leurs proches, pour ce qui relève de la confection. Monika Serbusova, 27 ans, explique : « Mon cousin qui étudie dans une école technique nous a dit comment monter les étagères, ma grand-mère nous a apporté un sac plein de livres, jetés par leurs propriétaires. »

 

Grâce à ces soutiens de leurs familles et collègues,  ils sont en mesure d'offrir quelque 700 livres aux usagers du service. L'opérateur partenaire, Telefonica Czech Republic, gère plus de 13.000 cabines à travers le pays. Son porte-parole Lucie Jungmannova précise : « Le plan consiste à installer à Prague neuf cabines avec des mini-bibliothèques, pour voir quel succès elles rencontrent auprès du public. » 

 

Une fois cette première bibliothèque installée, les retours ne se sont pas fait attendre. Pour Radomira Hnutova, une radiologue de l'hôpital IKEM, il s'agit d'une « merveilleuse idée. Les patients peuvent emprunter des livres et les rapporter en venant pour un prochain examen »

 

Tandis que le catalogue de la mini-bibliothèque est laissé à libre disposition des usagers, Alena Ulcova, une vendeuse de fleurs dans les couloirs de l'hôpital, ne manque toutefois pas de faire remarquer : « J'espère seulement que les gens ne vont pas les voler. »