Procès de Nedim Gürsel : pourquoi les créationnistes s'en mêlent

Clément Solym - 09.05.2009

Zone 51 - Insolite - procès - Nedim - Gursel


Fichue liberté d’expression… la problématique est grande, on le constate une fois de plus dans l’affaire de la liste conduite pour les élections européennes par un ancien comique qui n’est plus si drôle qu’alors, et manifeste des idées pour le moins insultantes. Oui, mais au nom de la liberté d’expression on doit le laisser parler. Même si en ouvrant la bouche, il raconte un gros paquet de bêtises. Qui sommes-nous pour juger ? Mouais…

De même dans le procès de l’écrivain Nedim Gürsel. Ali Emre Bukagili, l’un des plaignants du procès et membre d’un groupe intégriste créationniste au possible nous a fait parvenir, à nous comme à d’autres, sûrement, un courrier exposant son point de vue. Liberté d’expression ? Non, si nous prenons le risque de publier ce texte – dont nous nous dégageons complètement – c’est avant pour que soit exposée au su de tous, les « valeurs » défendues par les opposant à Nedim Gürsel, et que l’on comprenne exactement quels sont les dangers sous-jacents de ce procès.

Ceux justement d’être privé à l’avenir de liberté d’expression. Rappelons enfin que M. Gürsel a toujours clamé qu’il respectait la foi et les croyants autant qu’il revendiquait le droit de porter un regard critique sur les religions. Nous en profitons également pour réaffirmer notre soutien à l’auteur qui risque de 1 à 3 années de prison…

Voilà le plaidoyer d’Ali Emre Bukagili. Il nous excusera de ne pas avoir en plus ajouté un lien vers le site qu'il recommandait (les fautes de frappes ou d'orthographe sont authentiques en revanche...) :

La Turquie a une population de 99% musulmans. Les gens de notre pays est très fidèles à notre religion. Nous avons l'amour et de montrer du respect à Allah, à notre prophète et tous les autres prophètes.
Dans le livre intitulé La fille de d'Allah qui a été écrit par Nedim Gürsel, il ya beaucoup d'insultes contre Allah, contre de nos prophètes et le livre contient de nombreux termes moqueurs contre notre religion. Si quelqu'un insulte les croyances et des idées des autres, cela signifie que cette personne n'a pas la confiance en soi et il montre que ses idées sont trop faibles.
Ces insultes contre les croyances des autres sont contre la loi et il s'agit d'une situation très dangereuse. Tous les systèmes juridiques dans les pays civilisés interdit d'insulter d'autres personnes saintes croyances et les lois a également interdit la provocation.
Le procureur du procès a accepté qu'il ya des insultes dans le livre, mais il a ajouté qu'il n'y a pas eu d'incident social que les menaces à l'ordre social si sa décision définitive a été un acquittement. Mais je pense que cette décision est mauvaise, il n'est pas nécessaire d'assister à un désordre social de prouver un acte illégal. En outre, il ya eu beaucoup de nouvelles de ce livre que les gens sont très perturbées avec le contenu du livre.
La liberté d'expression n'est pas illimitée. Personne n'a le droit d'insulter d'autres personnes de systèmes de croyances et d'idées.
Il est vrai que je connais personnellement Adnan Oktar et j'accepte toutes les idées dans ses œuvres de tout mon coeur. Il est un grand intellectuel qui fait une lutte contre le matérialisme et l'irréligion et il a aussi détruit les croyances du darwinisme qui n'est pas une théorie scientifique. En outre, M. Adnan Oktar est un très important savant qui parle de l'unité de Dieu et montrent de nombreuses preuves de l'existence d'Allah.
Il a été un très grand impact en France de la "Atlas de la Création", qui est écrit par M. Adnan Oktar, et avec l'impact de l'ouvrage, des millions de personnes ont commencé à croire en Dieu. Les enquêtes publiques sont un bon indicateur montrant que nombre de croyants sont en augmentation très rapide.
J'espère que tout le monde de toutes les croyances peuvent respecter les autres et leurs croyances. J'espère que tout le monde peut s'exprimer sans insulter les autres. Je recommande les ouvrages de M. Adnan Oktar à tous ceux qui sont à la recherche de la vérité.

Concluons simplement par cette déclaration, rapportée à la sortie de la première journée de procès ; Ali Emre Bukagili expliquait que « La liberté d'expression à des limites. »

Une fois encore, on lui retournera le compliment.